Le Président de la République a aujourd’hui considéré le XXVIIe Sommet ibéro-américain d’Andorre comme un «succès», affirmant que les thèmes relatifs à l’Amérique latine ont toujours été approuvés à l’unanimité, tels que la santé, la situation économique et l’accès aux vaccins.

Cette position a été exprimée par Marcelo Rebelo de Sousa à l’issue du sommet, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il était accompagné du Premier ministre, António Costa, et du ministre d’État et des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva.

«Ce sommet a été un succès pour l’organisation ibéro-américaine, d’abord parce qu’il existait au milieu de la pandémie, parce qu’il était non seulement numérique mais aussi en personne, car il s’est tenu dans le plus petit état de l’organisation – un des trois Européens et de la péninsule ibérique », a-t-il déclaré.

Dans ce contexte, le chef de l’Etat a ensuite évoqué la «contribution» apportée par le Portugal à ce succès, soulignant ici le ministre Augusto Santos Silva.

«Le gouvernement a très bien préparé le sommet, sous la direction du Premier ministre. Mais avec l’effort très particulier du ministre d’État et des Affaires étrangères, il a été possible de suivre ce processus de négociations difficiles sur des sujets qui n’étaient pas faciles », a-t-il affirmé.

Selon le président de la République, Andorre «s’est donné beaucoup de mal pour garantir la réalisation» du sommet.

«Les conclusions ont toutes été approuvées à l’unanimité, avec des états très différents et des positions très différentes sur tous les sujets possibles à l’heure actuelle en termes sanitaires, économiques, sociaux, politiques et culturels. Lors de ce sommet, des problèmes concrets ont été adressés à des personnes concrètes », à savoir« santé publique, vaccination [contra a covid-19], de la situation économique et financière », a souligné Marcelo Rebelo de Sousa.

A ce stade, le Président de la République a évoqué «des problèmes particulièrement graves pour les pays d’Amérique latine en termes d’accès aux vaccins [contra a covid-19], situation économique et financière ».

«Il y a eu des propositions concrètes impliquant des institutions internationales avec la présence numérique du Secrétaire général des Nations Unies [António Guterres], qui a eu une intervention très importante dans les domaines des vaccins, économico-financier et climatique, menant, comme elle l’a fait au fil du temps, ces trois grands piliers de notre avenir proche et lointain », a-t-il déclaré, réitérant un éloge qu’il avait fait plus tôt à l’ancien Premier ministre portugais.

Devant les journalistes, Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré que c’était une raison de quitter Andorre «heureux», aussi «parce que le prochain sommet se déroulera en République dominicaine, qui a assumé une position de leader en termes économiques, financiers et sanitaires».

«Heureux parce que l’organisation ibéro-américaine est vivante, elle est forte. C’est une organisation unique au monde qui réunit deux continents et deux langues. L’espagnol et le portugais y sont parlés, réunissant des cultures, des civilisations, des situations économiques, politiques et sociales très différentes », a-t-il observé.

Pour le chef de l’Etat, la présence du Portugal dans cette organisation « confirme un succès sur un point fondamental de la politique étrangère du pays: la dimension ibéro-américaine ».

« Une dimension qui rejoint les deux rives de l’Atlantique, dans une zone, l’hémisphère sud, dans laquelle le portugais est la langue la plus parlée », a-t-il ajouté.

PMF // RBF

Contenu ibéro-américain: Marcelo loue le «succès» du sommet et considère que cette communauté de pays est vivante, apparaît d’abord à Visão.