1-1-e1669908198824-png
6181634_wm-3658331-9782518-jpg

Hôpital de Ponta Delgada avec la démission de 21 des 25 directeurs de services cliniques

Selon Emanuel Dias, porte-parole des directeurs des services cliniques qui ont démissionné, le tableau de service de l’Hospital do Divino Espírito Santo (HDES) « n’est pas rempli et le conseil d’administration actuel le remplit, ce qui n’a pas été en mesure de faites-le. ».

La chef de l’Ordre des médecins des Açores, Margarida Moura, a dénoncé, jeudi, le manque de conditions pour assister les patients à l’hôpital de Ponta Delgada, notamment en chirurgie générale, dont le directeur de service a démissionné.

À l’époque, Margarida Moura a déclaré qu ‘«il existe des échelles dans différents services qui ne respectent pas les directives de l’Ordre des médecins et qui mettent en danger la qualité et la sécurité des soins aux patients», notamment dans le cas de la chirurgie générale, dans laquelle «il est obligatoire qu’au moins deux chirurgiens soient programmés, par jour, et par quart de travail, et il n’y en a qu’un », qui « n’opère pas seul, pour des raisons de sécurité ».

Aujourd’hui, Emanuel Dias a déclaré que « ce que le président du gouvernement des Açores a dit était faux », estimant qu' »il a été trompé par le conseil d’administration, car la balance n’est pas complète ».

Emanuel Dias a également mentionné que la démission des directeurs des services cliniques vise à « se démarquer de cette administration, qui est nommée par le gouvernement des Açores ».

Les médecins, a-t-il ajouté, n’ont que « le pouvoir de démontrer qu’ils sont en désaccord avec l’administration, qui doit démissionner ».

Des médecins des trois hôpitaux publics de la région (Ponta Delgada, Angra do Heroísmo et Horta) ont exprimé, dans une pétition adressée au président du gouvernement régional, José Manuel Bolieiro, au vice-président de l’exécutif, Artur Lima, et à le secrétaire régional de la Santé et des Sports, Clélio Meneses, son indisponibilité pour effectuer des heures supplémentaires au-delà de la limite légale de 150 heures, ce qui pourrait mettre en péril le service des urgences dès décembre.

Il s’agit des déclarations du vice-président du gouvernement des Açores, qui a déjà déclaré qu’il n’avait « aucune intention d’offenser les médecins » lorsqu’il a évoqué les heures supplémentaires, après avoir été critiqué par le PAN, BE et le PS aux élections régionales parlement.

Mercredi, le président du gouvernement des Açores (PSD/CDS-PP/PPM) a confirmé la démission des 10 chefs du service des urgences de l’hôpital de Ponta Delgada, mais a garanti que « les horaires d’urgence des trois hôpitaux » sont assuré la semaine prochaine.

JME // VAM

Articles récents