Le Secrétaire général des Nations Unies (ONU), António Guterres, a exhorté aujourd'hui l'Azerbaïdjan et les forces séparatistes du Haut-Karabakh, soutenues par l'Arménie, à «cesser immédiatement les combats» dans la région contestée, théâtre des pires affrontements depuis 2016. .

Le haut dirigeant de l'ONU "demande instamment aux parties de cesser immédiatement les combats, d'entamer un ralentissement des tensions et de revenir sans délai à des négociations constructives", selon un communiqué de son porte-parole, Stéphane Dujarric.

L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), pour sa part, a également appelé à une cessation «immédiate» des hostilités dans le territoire séparatiste du Haut-Karabakh, contesté par l'Arménie et l'Azerbaïdjan, et auquel les parties reprendre les négociations pour résoudre le conflit.

"L'OTAN est profondément préoccupée par les informations faisant état d'hostilités à grande échelle à la ligne de contact dans la zone de conflit du Haut-Karabakh", a déclaré le représentant spécial pour le Caucase et l'Asie centrale du secrétaire général de l'organisation, James. Appathurai.

Le représentant spécial a également insisté sur le fait que les parties "devraient cesser immédiatement les hostilités, qui ont déjà fait des victimes civiles".

«Il n'y a pas de solution militaire à ce conflit. Les parties doivent reprendre les négociations pour une résolution pacifique », a-t-il souligné, tout en veillant à ce que l'OTAN soutienne les efforts du Groupe de Minsk de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), composé de la Russie, des États-Unis et de la France.

L'Arménie et l'Azerbaïdjan sont en état de guerre depuis 1991, bien que trois ans plus tard, ils aient signé un cessez-le-feu, qui est toujours en vigueur aujourd'hui, malgré les violations par les deux parties.

L’Azerbaïdjan et l’Arménie s’accusent d’avoir lancé les hostilités aujourd’hui et déclaré la loi martiale, maintenant un langage belliqueux.

Le Haut-Karabakh est une région séparatiste de l'Azerbaïdjan, habitée principalement par des Arméniens.

Territoire de l'Empire russe disputé par l'Arménie et l'Azerbaïdjan pendant la guerre civile après la révolution bolchevique de 1917, le Haut-Karabakh fut annexé en 1921 par Josef Staline à la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan, ayant obtenu, à partir de 1923, un statut d'autonomie.

L'Union européenne, le Conseil européen, la Russie, la France et l'Allemagne ont déjà regretté les affrontements et appelé à la fin immédiate des hostilités, ainsi qu'au retour à la table des négociations.

Le président russe Vladimir Poutine, qui sert d'arbitre dans la région, a appelé à la fin des affrontements.

JS (CC / JSD) // TDI

Le contenu du Haut-Karabakh: les Nations Unies exhortent «l'arrêt immédiat» des combats apparaît en premier dans Vision.