L’adhésion ce matin à la grève partielle des travailleurs de Transtejo pour l’embauche et les augmentations de salaire était de 95%, a déclaré à Lusa Carlos Costa, de la Fédération des syndicats des transports et des communications (Fectrans).

« L’adhésion à la grève est de 95 %. En attendant, les liaisons fluviales ont déjà repris », a déclaré le syndicaliste.

Les travailleurs de Transtejo ont entamé aujourd’hui un cycle de grève, d’une durée de trois heures par quart de travail, qui durera jusqu’à vendredi prochain.

De leur côté, les travailleurs de Soflusa entament mardi un cycle de grève de quatre jours, avec une grève durant toute la période de travail.

Dans une alerte publiée par Transtejo/Soflusa, sur son site internet, on peut lire que « l’interruption du service régulier » est prévue à la Soflusa, en raison de la grève déclenchée par les organisations syndicales représentatives des travailleurs.

Ainsi, il y aura des interruptions dans la carrière fluviale de Barreiro (Setúbal) à Terreiro do Paço (Lisbonne) entre le mardi et le 23 juillet, avec le dernier bateau à 22h25 et le premier à 00h05 le lendemain. .

Il en va de même sur la route fluviale de Terreiro do Paço à Barreiro, le dernier bateau étant à 22h50 et le premier à 00h30 le lendemain.

L’entreprise prévient que, pendant la période de grève, les terminaux seront fermés, pour des raisons de sécurité.

Sur le même site, vous pouvez lire un avis sur l’interruption de certaines voies fluviales sur le Transtejo, entre aujourd’hui et le 22 juillet, en raison de la grève partielle et des heures supplémentaires des travailleurs.

Les interruptions affectent les voies fluviales de Cacilhas (Almada) à Cais do Sodré (Lisbonne) et dans le sens inverse, avec une incidence particulière aux « heures de pointe » du matin et de l’après-midi.

Aujourd’hui, en direction de Cacilhas-Cais do Sodré, le premier parcours fluvial a été effectué à 10h15 puis connaît une interruption dans l’après-midi entre 16h15 et 20h38.

Selon la Fectrans, les travailleurs réclament des augmentations de salaire et des mesures pour lutter contre la dégradation du service public, due au manque de main-d’œuvre et au vieillissement de la flotte.

Actuellement, selon la structure syndicale, Transtejo a déjà de nouveaux navires (issus de l’appel d’offres pour les navires électriques), mais faute de batteries, ils sont immobilisés.

En revanche, ajoute la Fectrans, faute de main-d’œuvre, « on a recours à d’immenses heures supplémentaires, les ouvriers travaillant 16 heures par jour ».

Depuis le début de l’année, plus d’un millier de tirages n’ont pas été effectués.

Transtejo et Soflusa ont la même administration et assurent toutes deux les liaisons fluviales entre la rive sud et Lisbonne.

Transtejo est chargé de relier Seixal, Montijo, Cacilhas et Trafaria/Porto Brandão, dans le district de Setúbal, à Lisbonne, tandis que Soflusa fait la traversée entre Barreiro, également dans le district de Setúbal, et Terreiro do Paço, à Lisbonne. .

DD (GC/FAC) // MCL