La grève des examinateurs du CP et des employés des billetteries, au sud de Pombal, a fermé entre 85% et 90% des billetteries, a déclaré à Lusa le Syndicat des revues commerciales itinérantes des chemins de fer (SFRCI).

« Cette grève couvrait les travailleurs au sud de Pombal. Nous avons une idée qu’environ 85% à 90% des guichets sont fermés aujourd’hui », a déclaré le directeur du SFRCI, Luís Bravo, dans des déclarations à Lusa.

Le débrayage, qui a commencé à prendre effet samedi en fin d’après-midi, recueille ainsi une « très large adhésion » des salariés de la revue, des billetteries et des responsables directs, s’est défendue la structure syndicale, ajoutant que cela traduit le « mécontentement des salariés » au visage. du gel des salaires et du blocage des négociations.

Luís Bravo a également déclaré que, jusqu’à présent, les travailleurs n’avaient reçu aucune réponse de CP — Comboios de Portugal, soulignant qu’un tiers des travailleurs de l’entreprise avaient été oubliés par l’administration et la tutelle.

« La société était en train de fusionner, entre EMEF [Empresa de Manutenção de Equipamento Ferroviário] et le CP. [Os membros] de cette Administration sont presque tous issus des CP (ateliers) qui ont fortement conditionné les négociations en cours, oubliant les ouvriers de la zone commerciale et l’inspection des trains », a-t-il ajouté.

Jeudi, Luís Bravo a regretté que le secteur n’ait pas encore reçu la mise à jour de 0,9%, approuvée pour la fonction publique, qu’il a qualifiée de « misérable », représentant entre environ cinq et neuf euros, selon le niveau.

Selon le syndicat, à cette fin, l’administration du CP « impose » la souscription d’un nouvel accord d’entreprise, « avec des conditions de travail moins bonnes ».

« Les travailleurs des transports, affectés aux trains et aux guichets, qui commencent leur quart à cinq, six ou sept heures du matin et partent après minuit, doivent voyager dans leurs propres véhicules et, avec l’augmentation du carburant, en ce moment, environ 20 % de leur salaire va déjà juste pour les faire aller travailler », a-t-il souligné.

À cela s’ajoutent les horaires de travail postés et les jours de congé rotatifs ainsi qu’une « augmentation brutale du coût de la vie », des facteurs qui ont poussé des travailleurs encore plus jeunes à démissionner de l’entreprise.

Une grève de 24 heures est également prévue le 23 juin pour les cheminots opérationnels, au nord de Pombal.

Le CP a déjà prévenu que la circulation des trains de la compagnie devrait connaître « des perturbations importantes les 12, 13 et 16 juin en raison de la grève.

La société a déclaré que les clients qui ont déjà acheté un billet pour voyager sur les trains Alfa Pendular, Intercidades, Interrégional et Régional auront droit à un remboursement de la valeur totale du billet acheté, ou à sa revalidation, sans frais.

Depuis le début du mois, il y a eu une grève des travailleurs du CP pour les heures supplémentaires et les jours fériés, qui dure jusqu’à la fin du mois, mais elle n’a provoqué aucune répression, a déclaré une source officielle de l’entreprise à Lusa le 3 juin.

Le 16 mai, le CP a annoncé qu’il avait conclu un accord avec 12 syndicats pour revoir l’accord d’entreprise, laissant de côté trois structures syndicales.

L’accord conclu s’est traduit par une augmentation de salaire de 0,9 %, avec effet rétroactif au 1er janvier 2022, la normalisation de l’indemnité de repas à 7,74 euros et l’intégration des anciens agents de l’EMEF dans la grille salariale du CP, avec effet rétroactif au premier jour. de l’année.

PE (AAT/DD) // MSF