Les travailleurs du secteur ferroviaire mènent aujourd’hui une grève qui devait causer des « perturbations dans les services » du CP, qui a même pointé la possibilité de retards et de suppression de trains.

Cependant, la porte-parole du CP, Ana Portela, a déclaré à l’agence Lusa que jusque vers 18h30, « les trains circulaient normalement, il n’y avait que six trains supprimés sur la ligne Sado » (une ligne du réseau de trains de banlieue du Grand Lisbonne, avec des circulations entre Barreiro et Praias do Sado).

Abílio Carvalho, du Syndicat national des travailleurs du secteur ferroviaire (SNTSF), qui a appelé à la grève, a déclaré à Lusa en fin de journée que, « malgré le fait que de nombreux travailleurs étaient en grève, l’impact sur la circulation n’était pas significatif ».

« L’impact n’a pas été celui qu’on attendait, mais c’est une grève qui se déroule tout au long du mois et qui aura également lieu en septembre et qui protège les travailleurs de pouvoir refuser de faire des heures supplémentaires », a ajouté le dirigeant syndical.

L’une des raisons avancées par le syndicaliste est le fait qu’aujourd’hui est un jour férié et donc un jour où les travailleurs gagnent plus et qu’ils ont peut-être choisi de faire grève un jour de repos hebdomadaire.

« C’est juste que nous ne voyons pas cette grève comme une grève de 24 heures, elle a lieu tout le mois, et il y a des travailleurs qui choisissent de faire grève uniquement le jour de repos et de ne pas le faire pendant le reste du mois « , a-t-il ajouté, soulignant cependant qui, bien qu’il ne dispose pas encore de données d’adhésion, sait qu' »il y a beaucoup de travailleurs en grève et qu’ils sont remplacés, ce qui est illégal ».

Le SNTSF a délivré un préavis de grève pour ce mois-ci aux heures supplémentaires, au travail en repos hebdomadaire et au travail les jours fériés, soulignant que les travailleurs devraient s’en servir pour « exprimer leur mécontentement et leur demande de valorisation de leur salaire ».

Une source du SNTSF a indiqué à Lusa que les raisons de cette grève sont l’augmentation de salaire de 0,9%, que le syndicat juge insuffisante compte tenu de l’inflation enregistrée ces derniers mois, et le manque d’ouvriers dans l’entreprise, qui se fait sentir tout au long de l’année.

Le dirigeant syndical déplore que de plus en plus de travailleurs partent vers d’autres entreprises voire d’autres métiers où ils gagnent mieux, sans que ces départs soient comblés par de nouvelles entrées.

Selon Abílio Carvalho, il y a « presque une imposition » de la part du CP dans laquelle « les travailleurs doivent presque nécessairement recourir aux heures supplémentaires ».

Le syndicaliste a déclaré qu’au début du mois de septembre, de nouvelles formes de lutte pourraient être décidées. Pour le premier jour de ce mois, une réunion du SNTSF est prévue, avec d’autres syndicats du secteur à la DGERT — Direction générale de l’emploi et des relations du travail, dans le but de discuter du conflit du travail au CP.

Abílio Carvalho a regretté qu’en même temps que cette rencontre ait été demandée, il y a environ deux mois, une rencontre a également été demandée « au ministre responsable, qui n’a pas répondu ».

Dans un communiqué publié vendredi, le CP a précisé que « les clients qui ont déjà acheté un billet pour voyager sur les trains Alfa Pendular, Intercidades, Interrégional et Régional auront droit à un remboursement, du montant total du billet acheté, ou à sa revalidation gratuite, pour un autre train de même catégorie et de même classe ».

Le transporteur a également ajouté que des informations sur l’état de la circulation des trains pouvaient être obtenues via son portail, cp.pt, ou via la hotline 808109110.

DF (AL/JO) // VAM