La Garde nationale républicaine (GNR) mène aujourd’hui une opération de démantèlement d’un réseau national dédié au commerce des bivalves impropres à la consommation capturés sur le Tage en exécutant des mandats d’arrêt et de perquisition.

L’opération «TAGUS CLAMS», en charge de l’Unité d’Action Fiscale (UAF), est en cours depuis 07h00 sous la direction de la Direction des Enquêtes et de l’Action Pénale (DIAP) à Almada, avec le soutien d’EUROPOL et d’EUROJUST .

Dans le cadre de cette opération, selon GNR, six mandats d’arrêt ont été émis au Portugal, 80 mandats de perquisition au Portugal, cinq mandats de perquisition en Espagne et six mandats de perquisition en Italie.

L’enquête, qui dure depuis environ un an et demi, menée par le Détachement d’Action Fiscale de Lisbonne, sous la direction de la DIAP à Almada, a identifié un réseau criminel à dimension transnationale qui, de manière organisée et frauduleuse manière, était consacrée à l’introduction ultérieure illicite dans le circuit commercial, pour la consommation humaine, de divers types de bivalves.

Il s’agit essentiellement de «palourdes japonaises et pattes d’ânesse» à forte toxicité et qui ne sont pas soumises à la purification nécessaire avant d’être introduites sur le marché alimentaire.

Selon GNR, le réseau criminel a eu recours à l’adultération des certificats d’origine et a vendu les bivalves, d’origine effective dans le Tage, mais dont les documents faisaient faussement référence à l’origine dans le fleuve Sado, capturant quotidiennement des dizaines de tonnes de bivalves destinés à la commercialisation. soit sur le territoire national, soit dans d’autres pays européens.

L’activité commerciale marginalement développée par le réseau criminel a conduit à la dissimulation à l’administration fiscale de transactions estimées à environ 5 millions d’euros, fraudant l’Etat portugais en termes de TVA, IRS et IRC.

En outre, selon le GNR, cette activité a illégalement permis d’obtenir des avantages patrimoniaux importants, notamment les délits de blanchiment d’argent, d’association de malfaiteurs, de fraude fiscale qualifiée, de falsification de documents et de délits contre la santé publique.

Plus de 200 militaires de diverses unités GNR, à savoir l’UAF, l’Unité de contrôle côtier et l’Unité d’intervention, sont engagés dans l’opération en cours, également avec le soutien des équipes d’informatique légale, avec la participation d’éléments d’EUROPOL, ainsi que des éléments de la Guardia Civil (en Espagne et au Portugal) et les Carabinieri (en Italie).

GC // SB

Le contenu GNR est en cours pour démanteler le réseau commercial des mollusques et des crustacés et apparaît en premier à Visão.