S’adressant à l’agence Lusa, Ana Mendes Godinho a souligné que cette nouvelle mesure, qui débute en septembre, « est indépendante de la [de IRS] dans laquelle les parents sont et couvriront tous les enfants qui entrent dans une crèche du secteur social jusqu’à l’âge d’un an ».

Le ministre du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale a souligné qu’il s’agit « d’une mesure historique » pour le pays, qui « a été conçu dès le départ pour être un modèle de libre accès à travers le réseau dont dispose la sécurité sociale pour la coopération ».

« C’est un modèle qui existe depuis des décennies, offrant une distribution en réseau, des places en garderie dans tout le pays. Cela se fait à travers un partenariat avec le secteur social et solidaire et la garderie gratuite commencée il y a deux ans, ayant commencé par des familles des 1er et 2e niveaux, avec des niveaux de revenus plus faibles », a souligné Ana Mendes Godinho. .

Il a souligné que « le saut historique » que le pays s’apprête à franchir, et que « c’est même un exemple du point de vue européen », est d’étendre la garderie gratuite à tous les enfants du secteur social, quel que soit leur statut. niveau de revenu des parents.

Le ministre a ajouté que ce processus se fera de manière progressive, en commençant par les enfants jusqu’à l’âge d’un an, en septembre, afin que d’ici 2024, les trois années de garderie soient couvertes par la gratuité.

Selon les mots du responsable, il s’agit d’une « mesure essentielle » dans la lutte contre la pauvreté, puisque la réponse sociale gratuite s’ajoute à l’expansion du réseau de garderies, afin de toucher plus d’enfants.

Ana Mendes Godinho a visité aujourd’hui la garderie de l’Association Luís Pereira Motta, à Loures, à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfant, qui est l’une des 60 réponses sociales soutenues par le Programme de récupération et de résilience (PRR).

Selon le ministre, ces 60 premières crèches représentent un investissement global de 45 millions d’euros, dont 25 millions d’euros au titre du PRR, et répondront à 3.300 enfants.

« C’est le premier démarrage du PRR dans ce soutien à l’investissement dans les crèches afin que nous puissions élargir la capacité de réponse, également comme mesure décisive pour soutenir les familles, d’une part, et comme mesure décisive pour promouvoir l’inclusion et lutter contre la pauvreté des enfants pour s’assurer que les enfants accèdent à la garderie dès leur plus jeune âge, quel que soit l’endroit où ils vivent ou la famille dans laquelle ils sont nés », a-t-il défendu.

Selon le ministre, au sein de ces 60 crèches, il existe trois types de projets, dont la reconversion des espaces, la construction et l’agrandissement des espaces existants, et les projets se répartissent du nord au sud du pays, le critère principal étant la couverture taux, afin « d’arriver là où il y a un plus grand manque de réactivité de la garderie en fonction des enfants qui existent ».

Ana Mendes Godinho a également souligné que les objectifs du gouvernement ne sont pas seulement d’avoir un réseau de garderies avec un système gratuit, mais aussi d’atteindre tous les enfants qui font partie du réseau de coopération mis en place dans tout le pays.

SV // HB