« Il y a eu de nombreuses nuits blanches à attendre que ce moment arrive. […] De voir ce nombre de personnes qui ont enfin eu la dignité de pouvoir travailler. C’est très important. C’est fabuleux pour l’industrie », a déclaré le promoteur dans un entretien avec l’agence Lusa et RTP, à la fin d’une visite guidée du lieu, sur le Passeio Marítimo de Algés.

Le festival réalisera sa 14e édition entre mercredi et samedi avec une programmation qui comprendra 165 représentations. « 210 000 personnes sont attendues sur les quatre jours et c’est un rêve qui a pris du temps », a-t-il déclaré.

Metallica, The Strokes, Da Weasel, Florence + The Machine, Imagine Dragons, Two Door Cinema Club, Stromae, Alt-J sont quelques-uns des noms qui seront au festival et il n’y a que des billets disponibles pour le mercredi et le jeudi.

Par rapport aux éditions précédentes, il n’y a pas de changements substantiels sur le terrain du festival, l’aménagement des sept espaces de représentation – dont un kiosque à musique, une scène qui réinvente une maison de fado et une autre dédiée à la comédie -, en plus des différents espaces de restauration et de la présence des différents sponsors avec des petites loges face à la plus grande scène.

Dans la zone à côté de cette étape, il y aura une vaste pelouse artificielle et il y aura une redistribution des points d’accès aux salles de bain.

Selon Álvaro Covões, il y aura un renforcement des transports publics, une extension de l’horaire des trains CP et la disponibilité des bus Carris à l’extérieur de l’enceinte, à destination de trois points de stationnement et de transport à Lisbonne et Oeiras.

Concernant l’accessibilité pour les personnes ayant des besoins spéciaux, le promoteur reconnaît qu’« il s’agit d’un processus évolutif » dans la réponse du festival et que cette année il y aura « un service d’inscription pour ceux qui veulent accompagner » sur le site.

Bien qu’il soit à la veille d’une nouvelle édition, Álvaro Covões travaille déjà sur l’édition 2023.

« Ce n’est qu’en 2023 que nous verrons le véritable impact [da pandemia]même en public. […] Il faut se rappeler que les gens ont commencé à acheter des billets [para esta edição] en 2019. Ces événements majeurs en 2022 ont des ventes en quatre années civiles. En 2023, nous reviendrons à la normalité. C’est à ce moment-là que nous comprendrons », a-t-il déclaré.

Parlant d’un « écosystème » qui implique plusieurs secteurs, Álvaro Covões a souligné que de nombreuses entreprises de divertissement, d’organisation d’événements et de restauration ont réussi à rester en activité en temps de pandémie, « mais elles ont contracté des dettes ».

« S’ils ne peuvent pas se rééquilibrer financièrement en 2023, ils ne seront peut-être pas là », a-t-il prévenu.

Au cours de ces deux années d’arrêt forcé ou d’intermittence dans l’organisation des spectacles, Álvaro Covões a admis que l’impact était plus important dans les petits événements.

« Les grands événements et avec notre position sur le marché, parce que nous donnons beaucoup de travail, nous ne ressentons pas grand-chose. Nous avons dû changer de fournisseurs et changer d’équipes, mais nous avons eu la chance de ne pas avoir de difficultés. J’ai le « sentiment » que les gens sont plus résilients dans cette industrie et que beaucoup ne voulaient pas partir et abandonner et ont enduré la lutte de deux ans sans travail », a-t-il déclaré.

Toutes les informations sur le festival Alive – qui conservera le sponsoring principal de l’opérateur NOS en 2023 – sont disponibles sur www.nosalive.com.

SS // TDI