Après, en 2020, en raison de la pandémie de covid-19, s’être concentrée principalement sur la diffusion de films via internet et dans un cinéma « drive-in », la 17e édition de l’événement dans le quartier d’Aveiro revient cette année à privilégier le visage -format présentiel, y compris un programme de formation qui, bien que diffusé «en ligne», conduira au Centro Multimeios de Espinho à plusieurs «masterclasses» par des professionnels de renommée mondiale de différents domaines du secteur audiovisuel.

« En parallèle, et en format numérique, aura lieu la 10e édition du forum le plus pertinent pour les projets en développement au Portugal, le FEST – Pitching Forum, qui permet aux cinéastes de présenter leurs idées aux producteurs, financiers, gestionnaires de fonds et investisseurs top , ouvrant des portes dans l’industrie cinématographique compétitive », ajoute le directeur du festival, révélant que l’évaluation de ces propositions sera dirigée par l’agent artistique britannique Tim Corrie, et par le producteur nord-américain Paul Miller.

Les principales compétitions de l’événement restent – ​​pour distinguer le meilleur long métrage, le meilleur « court », la meilleure œuvre portugaise, les nouvelles valeurs et le meilleur film pour enfants et jeunes – et les œuvres en compétition seront projetées dans un « une grande variété de sections compétitives », dont chacune est concentrée « dans un certain genre et format, bien que toutes soient tempérées par une recherche incessante de nouveaux discours et interprétations artistiques et conscients ».

La direction du FEST anticipe donc que l’édition 2021 présentera une sélection de « quelques-uns des films les plus vitaux des quatre coins du monde ».

Quant au volet non compétitif de l’événement, le pari sur Isabel Coixet tient au fait que la cinéaste est « une pionnière dans la lutte pour la parité hommes-femmes dans l’industrie cinématographique ».

Selon le directeur du festival, la réalisatrice est diplômée en histoire et, « avec une formation en publicité, elle est rapidement devenue une figure singulière du cinéma espagnol, fuyant nombre des stéréotypes et des discours traditionnels du cinéma local ».

Abordant dans son travail « nombre des conflits existentialistes les plus pertinents » d’aujourd’hui, Isabel Coixet a été « une référence dans son propre pays, non seulement pour le rôle qu’elle a joué en ouvrant des opportunités pour l’entrée sur scène d’un groupe de nouveaux cinéastes, mais aussi comme l’une des fondatrices et présidente d’honneur d’EWA – European Women’s Audiovisual Network ».

Dans cette perspective, le FEST 2021 a sélectionné pour exposer, parmi ses films les plus marquants, le court métrage « No Es Tan Fria Siberia » (2016) et les longs métrages « Ninguém Quer a Noite » (2015), « A Livraria » (2017 ), « Ayer No Termina Never » (2013), « Apprendre à conduire » (2014), « Ma vie sans moi » (2003), « La vie secrète des mots » (2005) et « Elegy » (2008) .

AYC // MAG

Le contenu du FEST sera en octobre à Espinho, Lisbonne et Porto avec un focus sur la cinéaste catalane Isabel Coixet apparaissant en premier dans Visão.