Fenprof a été reçu aujourd'hui par le ministre de la Science, de la Technologie et de l'Enseignement supérieur, Manuel Heitor, lors d'une réunion qu'il a qualifiée de positive du simple fait d'avoir eu lieu.

"C'est l'aspect positif, qu'il y a eu une réunion au cours de laquelle il a été possible d'identifier les problèmes et de pointer vers des processus de négociation", a déclaré le secrétaire général de la fédération, rappelant les tentatives infructueuses de rencontre avec le ministre de l'Éducation.

Mário Nogueira a déclaré à Lusa que du côté de la tutelle, il semblait y avoir une volonté de continuer à négocier certaines questions, à savoir la révision des statuts de carrière dans l'enseignement et la recherche, et la négociation collective dans le secteur privé, mais il prévient que les promesses doivent être se réaliser.

«Cette réunion mènera-t-elle ou non à des solutions aux problèmes? C'est ce que nous allons voir, selon que l'on procède désormais à ces réunions conformément à l'engagement qui y a été présenté », a-t-il souligné.

En ce qui concerne la révision des statuts de carrière, le ministère a déjà proposé des mandats et des objectifs et, jusqu'en janvier, les représentants des enseignants présenteront leurs propositions, suivies d'un processus de négociation.

La négociation sur le processus de négociation collective pourrait être conclue d'ici mars de l'année prochaine, date qui est indiquée par la tutelle, selon Fenprof.

Au cours de la réunion, la structure syndicale a également soulevé la question de la précarité, l'un des thèmes sur lesquels les deux parties ont divergé.

"Le thème fort de la réunion était la précarité, avec le MCTES à considérer que cela a beaucoup avancé dans la réduction des niveaux de précarité et Fenprof pour réfuter que trouver les chiffres faibles PREVPAP mais aussi avec le fait que la grande majorité de six mille les contrats signés au cours des trois dernières années (depuis 2017) sont à durée déterminée », précise la fédération syndicale dans un communiqué.

Sur ce sujet, Fenprof conclut une étude qui prétend confirmer que les progrès «sont très courts» et qu'il y a encore un abus dans l'utilisation des contrats à durée déterminée et d'autres formes plus instables de précarité.

Le budget de l'État pour 2021 (OE2021) a également été critiqué par Fenprof, qui ne suit pas ce qu'il a qualifié d '«optimisme» du gouvernement.

«Le ministre comprend qu'en ce moment, les conditions de trésorerie et de financement des institutions traversent un moment très positif et nous ne le pensons pas. Nous pensons que l'enseignement supérieur et les institutions continuent de connaître une phase de sous-financement qui est à l'origine de nombreux problèmes », a-t-il déploré.

MYCA // JMR

Le contenu de Fenprof reconnaît l'ouverture de la tutelle de l'enseignement supérieur pour négocier malgré les différences apparaissant d'abord dans Visão.