« Occupation » aussi parce qu’avec cette œuvre ils veulent « occuper un espace qui n’existait pas » et montrer comment « deux pédés qui viennent de la banlieue de Lisbonne » occupent le centre et dépassent la barrière de la banlieue à la ville et revendiquent une place au sein d’une culture laïque patrimoniale, qui est le fado.

Dans l’interview avec Lusa, la devise de la conversation est le premier album, qui sort sur les plateformes numériques le 3 juin et plus tard sur vinyle, où la musique est la forme d’art à travers laquelle João Caçador (composition et instruments) et Lila Fadista (voix et paroles) font de la dissidence, créent des références et « une nouvelle façon d’exister qui rompt avec le canon ».

« L’album s’appelle ‘Occupation’ et il symbolise très bien ce processus non seulement d’occuper un espace qui n’existait pas, s’asseoir, tirer une chaise qui n’était pas là et s’asseoir à table, occuper un héritage avec notre corps », a expliqué Lila Fadista.

Il a souligné qu’il s’agit aussi de voir le terme ‘occupation’ non seulement dans l’aspect physique, du travail, mais aussi d’occuper une place dans son histoire personnelle.

« L’album traduit la manière dont nous pensons qu’il est important de faire cette occupation, invoquant le passé avec des chansons comme ‘Requiem para Valentim’, sur Valentim de Barros [bailarino e homem gay português institucionalizado à força e sujeito a tratamentos contra a sua vontade]’Medusa’ invoque Gisberta [mulher trans morta por um grupo de adolescentes, no Porto] et, invoquant également l’avenir, apportant de nouvelles façons de penser ce que c’est et ce que cela signifie d’être queer [minorias sexuais e de género] au Portugal », a-t-il souligné.

João Caçador a souligné qu’il y a « presque un acte de survie » chez toutes les personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes) qui grandissent au Portugal, où presque rien ni personne n’est prêt à les recevoir, des familles aux le système, la santé, l’éducation ou la culture en général.

« Nous sommes nés dans le tumbling et avons grandi dans ces tumbling blocks, arriver et occuper un lieu qui fait partie du centre, un patrimoine historique comme le fado, mais aussi un patrimoine culturel, musical, social et l’occuper est une très grande victoire et c’est un acte de résistance, c’est un acte politique, évidemment, même si on ne l’a pas voulu », a-t-il souligné.

Il a souligné que « le point le plus important » de l’album est qu’il « crée un symbole », puisque l’histoire des personnes LGBTI « est faite de vides ».

Lila en est aussi un exemple, puisque lorsqu’elle a commencé à chanter, elle s’est rendu compte qu’elle ne pouvait pas le faire « sans devoir faire des concessions » ou « cacher quelque chose », ce qui l’a conduite à une marginalité forcée car ne pas chanter de fado n’était pas une option et n’a de sens que si vous l’avez fait « en entier ».

La participation au Festival da Canção, sur RTP, leur a ouvert la porte pour entrer dans les maisons de milliers de Portugais « sans concessions », ce qui, du point de vue du duo, a été un moment qui a suscité débat et malaise.

Les réactions ont également été différentes et si Lila pensait dès le début qu’ils n’iraient pas jusqu’en finale, João a avoué qu’il était troublé et triste « à cause de l’espoir que cela aurait pu susciter [nas pessoas LGBTI] le passage à la finale ».

« Notre musique a apporté une richesse au-delà de la question musicale et ne pas valoriser cela pour nous est également très important, à un moment où le pays compte 12 députés de Chega [no parlamento] et nous n’apprécions pas une proposition qui vient en parler », a défendu João Caçador, pour qui, même ainsi, le service a servi à « enfoncer la porte ».

Lila a rappelé à quel point la chanson « Lisbonne ne sois pas raciste » prend tout son sens à une époque où le Portugal a « un parti avec des récits manifestement fascistes et xénophobes comme troisième force politique ».

Ils ne craignent donc pas de s’assumer comme un « projet d’intervention », développant un « travail militant » contre « un silence historique » qui pousse les personnes LGBTI à une expérience marginale de leur sexualité, « complètement déconnectée des affections », soulignant que jusqu’en 1982, l’homosexualité était un crime au Portugal et jusqu’aux années 1990, elle était considérée comme une maladie.

Si pour Lila « c’est très intéressant » comment la dépénalisation de l’homosexualité au Portugal a lieu huit ans après le 25 avril 1974, João Caçador a défendu que cette date sert à créer de la mémoire et à rappeler le chemin parcouru jusque-là, « en discutant dans le présenter de manière concrète ».

Et comme l’album est un point d’arrivée, pour les cinq années de travail, mais aussi de départ, comme un « lieu de mémoire et de contestation pour les générations futures », l’objectif est esquissé : « Continuer à avoir cette pratique de refléter notre préoccupations autour de nous », une réalité qui, comme l’a souligné João Caçador, fait partie de l’âme du fado.

SV // ZO