La troisième course de la saison de Formule 1 2021 commence aujourd’hui et toutes les équipes sont déjà de retour à Portimão, où les pilotes se sont engagés à reconnaître la piste ces derniers jours. Cependant, le fait que l’accès aux stands de l’Autódromo Internacional do Algarve (AIA) soit interdit au public, et que les règles du DGS aient imposé un confinement plus restrictif à Portimão, préoccupe les entrepreneurs de la région.

La preuve, qui aurait un impact potentiel d’au moins 27 millions d’euros – compte tenu des chiffres publié par le promoteur de la course, relatif au GP de l’année dernière -, cette fois-ci devrait apporter un rendement beaucoup moins significatif. Cependant, selon Rita Marques, secrétaire d’État au Tourisme, puisqu’il n’y a pas de public, les coûts avec l’organisation, pris en charge par l’État, devraient également être moindres. En 2020, ces dépenses s’élevaient à 9,4 millions d’euros, selon les données du rapport d’exécution, auxquelles EXAME avait accès et qu’il a publié en mars dernier.

Interrogé par EXAME sur la question de savoir si l’absence de public impliquerait un renforcement de l’investissement public dans la course – estimé à 1,5 million d’euros -, le responsable précise seulement que «les coûts liés à l’organisation de la course seront sûrement réduits, compte tenu de compte que sa logistique sera substantiellement plus simple », et que« les négociations entre le secrétaire d’État au Tourisme et la F1 se poursuivent en ce moment afin de mieux adapter l’accord signé aux conditions dans lesquelles se déroulera l’événement ».

Il est rappelé que Paulo Pinheiro, administrateur de Parkalgar, qui gère la piste de course, a mentionné que le contrat négocié avec la FIA – protégé par des clauses de confidentialité, ce qui empêche que le coût réel d’amener le GP à Portimão ne soit public – impliquerait toujours un «niveau de confort» à assumer par le pouvoir exécutif. Cependant, aucune des parties n’a expliqué à EXAME quel serait ce niveau.

Rita Marques a garanti ce jeudi que «le promoteur était toujours en contact avec les entités compétentes et avec les différents secteurs du gouvernement, ayant été informé de l’impossibilité de se présenter au public en temps voulu. On rappellera que la commune de Portimão était l’une des quatre communes à ne pas passer à la troisième phase de déflation, décision connue le 15 avril », a-t-il justifié.

Puisqu’il a été confirmé qu’il ne serait pas possible d’avoir un public à l’AIA, EXAME a tenté, en vain, de contacter Paulo Pinheiro pour clarifier les questions liées aux coûts, aux revenus estimés et au soutien public.

Des hôtels animés, mais pas beaucoup

«Il restait jusqu’à relativement tard – jusqu’à il y a trois semaines – l’espoir qu’il puisse y avoir du public» dans la course, raconte, de son côté, Gonçalo Rebelo de Almeida, administrateur du groupe Vila Galé. «Nous avons une réalité qui est celle de l’hôtel de Lagos, qui est la plus impactée positivement par ce type d’événements. L’année dernière, quand il y avait le Grand Prix [em outubro] l’hôtel était pratiquement plein. Cette année, le taux d’occupation est compris entre 40% et 50%. C’est parce que nous avions des contrats avec les équipes et nous avions encore des affaires, mais je dirais que la moitié de ce qui était censé être… », justifie-t-il.

«Le secteur est tellement mauvais, tellement mauvais, que tout me fait plaisir!», Admet le fonctionnaire, expliquant que s’il y avait ce taux d’occupation en avril pré-pandémique «ce serait bien mais ça n’a pas fait un gros différence en termes de résultats ». Cette année, et après un 2020 où l’activité a été réduite à sept semaines, une occupation à 50% en avril est significative, note.

Le secteur est si mauvais, si mauvais, que tout me fait plaisir!

Gonçalo rebelo de almeida

Le manager en a également profité pour souligner que malgré tout, il est difficile d’estimer l’impact réel d’un GP de F1, réalisé dans des «conditions normales», puisque cela n’a jamais été la réalité à Portimão. L’année dernière, bien qu’il y ait eu une audience dans les tribunes, la capacité a été réduite par la détermination de la DGS et la FIA elle-même avait déjà des règles strictes pour chaque course.

C’est précisément pour cette raison, a poursuivi le chef du groupe hôtelier, « que cela en vaut la peine et pour justifier, cela doit être réalisé dans des conditions normales, et cela peut avoir un impact très important pour la région ». À ce moment-là, «on s’attend à ce que cet impact atteigne d’autres villes et régions de l’Algarve, telles que Vilamoura, Albufeira et qu’il puisse profiter à plus d’unités hôtelières, plus de restaurants, plus d’affaires… Ces événements ont du sens du point de vue d’une certaine continuité et notoriété cela vient avec le temps », prévient-il. «Des événements comme ceux-ci, un tir, ont un fort impact de deux ou trois jours, mais ne sauvent pas l’année. Ils sont bons du point de vue de la promotion, mais tant mieux est la continuité qu’ils ont… »

Ce qu’il fallait garantir, c’était que l’événement se poursuivrait dans les années à venir, faire en sorte qu’il ne se reproduise pas. C’est un événement pour lequel il ne peut y avoir de pari que pendant un an ou deux

elidérico viegas

Dans le même sens, le président de l’Association des hôtels et entreprises touristiques de l’Algarve (AHETA) défend que «ce qu’il fallait garantir, c’était que l’événement se poursuive dans les années à venir, pour s’assurer qu’il ne sort pas. C’est un événement pour lequel il ne peut y avoir de pari que pendant un an ou deux. Je ne suis pas au courant que des négociations sont en cours [nesse sentido]. »

Elidérico Viegas estime également qu ‘«il y a eu un certain excès de zèle – bien que les raisons et les raisons qui ont conduit les autorités à ne pas laisser comprendre le public – compte tenu de la taille et de la possibilité de garantir les règles de sécurité» et, comme Rebelo de Almeida, souligne que cette année la course «aura un impact naturellement moindre, limité au séjour des équipes, sponsors, journalistes. Il est important pour les hôtels et les développements dans la zone d’influence de la piste de course. Ce n’est pas le même impact que cela aurait eu s’il aurait pu y avoir un public ».

La secrétaire d’État au Tourisme rappelle, pour sa part, que «comme chacun le sait, le calendrier prévu pour les différentes phases de déflation pourrait être modifié au vu de certains critères épidémiologiques pour définir la lutte contre la pandémie et aussi compte tenu de l’existence d’une capacité d’assistance de la Service national de santé, qui a fini par se produire dans la municipalité de Portimão ».

Et interrogée sur la question de savoir si les hommes d’affaires seront indemnisés du fait que les restrictions empêchent la présence de plus de personnes dans la région, Rita Marques est perpétuelle: «Le gouvernement continuera à fournir des instruments de soutien aux entreprises du secteur du tourisme, compensant l’absence de facturation pour des raisons liées aux restrictions de mobilité connues de tous ». C’est-à-dire qu’il ne devrait y avoir aucun support spécifique pour ce cas particulier.

Le gouvernement continuera de fournir des instruments de soutien aux entreprises du secteur du tourisme, en compensant le manque de facturation pour des raisons liées aux restrictions à la mobilité connues de tous.

rita marques

On ignore s’il y a également des négociations pour inscrire le Portugal au calendrier de la F1 en 2022, à un moment où plusieurs circuits ont déjà obtenu des contrats avec la FIA, comme Miami, Spielberg, Hungaroring, Zandvoort ou Melbourne.

Bien que certaines de ces destinations aient des contrats pluriannuels – comme São Paulo ou Mexico – la pandémie a forcé le calendrier de la FIA à changer au cours des deux dernières saisons, ce qui a permis à des pays comme le Portugal de recevoir le «  Grand Circus  ».

Cependant, il n’y a aucune information concernant un éventuel retour de Portimão au calendrier 2022, bien qu’il soit l’un des circuits les plus applaudis par les pilotes.

Ce vendredi 30 avril, l’AIA reçoit les cahiers d’entraînement des 20 pilotes de F1, suivis des qualifications le samedi et de la course le 2 mai. Cependant, comme cela s’est produit lors de la dernière course de la saison, à Imola, en Émilie-Romagne, cette fois, les fans du sport ne pourront suivre cette étape que par les canaux officiels: Eleven, au Portugal, ou le site officiel de la Formule 1.

Avec Lewis Hamilton, de Mercedes, visant la 100e pole position de sa carrière et Max Verstappen, de Red Bull, soucieux de rendre la vie difficile au pilote britannique, ce week-end promet une course particulièrement serrée à l’Autódromo do Algarve.

Le contenu F1: le retour du «Grand Cirque» a peu d’impact sur la région. Le gouvernement prétend que les coûts viennent également en premier dans Vision.