L’exposition «Portraits Counted by Ruy de Carvalho» est organisée par Nélson Mateus, ami de l’acteur, et comprend des photos de l’enfance de Ruy de Carvalho à certaines réalisées «il y a des semaines», notamment des différents prix qu’il a reçus, ainsi que des décorations de l’État portugais.

Nélson Mateus a mis en avant, dans des déclarations à l’agence Lusa, un ensemble de photographies de Pedro Homem Cardoso, et le texte final de l’exposition de l’auteur Alice Vieira, «amie depuis l’enfance», de Ruy de Carvalho.

En juin 2018, l’acteur a reçu le prix Arbre de vie – Père Manuel Antunes, de l’Église catholique, et à l’occasion le jury a marqué le «brillant voyage» de Ruy de Carvalho en tant qu’étudiant au Conservatoire national, son temps dans la direction artistique du Théâtre Expérimental de Porto (TEP), l’expérience en tant que metteur en scène («Terra Firme», de Miguel Torga) et «l’interprétation inoubliable» de «Rei Lear», sur la scène du Théâtre National D. Maria II, en 1998.

Le jury, qui comprenait, entre autres, João Lavrador, évêque d’Angra do Heroísmo et président de la Commission épiscopale pour la culture, les biens culturels et les communications sociales, le père Américo Aguiar, président du conseil de gestion du Grupo Renascença, le père António Trigueiros, directeur du magazine «Brotéria», et le professeur Maria Teresa Dias Furtado, de la Faculté des Arts de l’Université de Lisbonne, a justifié la distinction «d’acteur et de déclaimer», pour le «sommet de la représentation sur scènes et écrans depuis plus de sept décennies ».

Au cinéma, Ruy de Carvalho a participé à des films tels que «Birds of Winged Wings» (1963), d’Artur Ramos, «Domingo à Tarde» (1965), d’António de Macedo, «O Cerco» (1969), d’António da Cunha Telles, «Cântico Final» (1974), de Manuel Guimarães, et «Non ou Vã Glória de Mandar» (1990), de Manoel de Oliveira.

Ruy de Carvalho est né à Lisbonne, le 1er mars 1927, a fait ses débuts en 1942, dans le groupe de l’organisation Mocidade Porttuguesa, dans «O Jogo para a Natal de Cristo», une pièce de théâtre mise en scène par Francisco Ribeiro, connu sous le nom de Ribeirinho, et a annoncé la réforme en 1998, avec l’interprétation de Rei Lear, dans le National D. Maria II, mais il a continué à représenter dans les scènes et à la télévision.

Au Théâtre National D. Maria II, elle fait ses débuts en 1947, faisant partie de la troupe de la compagnie Rey-Colaço / Robles Monteiro.

Il a foulé d’autres scènes, comme les théâtres Avenida, Monumental, où il s’est produit avec Laura Alves, et Villaret, aux côtés de Florbela Queiroz, et a fait partie d’autres compagnies, dont le théâtre itinérant Rafael Oliveira, du Teatro do Povo, sous la direction de Ribeirinho, et le Teatro Moderno de Lisboa, dont le siège est au Cine-Teatro Império, dans lequel il a travaillé, entre autres, avec Carmem Dolores.

L’acteur porte le nom associé à la première pièce de théâtre diffusée à la télévision portugaise, «Monologue do Vaqueiro», de Gil Vicente, en 1957, ainsi qu’au premier feuilleton portugais, «Vila Faia», de 1982, interprété par Nuno Teixeira pour RTP.

Le 1er mars 2017, à l’âge de 90 ans, le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, l’a décoré de la Grand-Croix de l’Ordre du Mérite.

En 1998, il avait déjà reçu le grade de commandant de l’Ordre militaire de Santiago de Espada, par le président de la République, Jorge Sampaio.

Nelson Mateus a défendu que « les gens devraient être honorés dans la vie » et a ajouté que Ruy de Carvalho « mérite beaucoup plus ».

«Retratos Contados de Ruy de Carvalho» est exposé à la galerie Raul Solnado, à la Casa do Artista, dans la paroisse de Carnide, jusqu’à fin juillet.

NL (CP) // MAG

Le contenu L’exposition rétrospective consacrée à l’acteur Ruy de Carvalho dans la Casa do Artista apparaît d’abord à Visão.