Ce programme culturel de l’Union européenne vise à « assurer la sauvegarde de la promotion de la diversité culturelle et linguistique européenne et renforcer la compétitivité des secteurs culturels et créatifs » pour « une croissance intelligente, durable et inclusive ».

Chacun des sous-programmes comprend plusieurs lignes de financement, axées sur différents types de projets et avec des critères d’éligibilité et d’évaluation différents, comme annoncé la semaine dernière lors de la conférence de lancement du programme Europe créative.

La circulation des œuvres littéraires dans l’espace européen est l’un des nouveaux vecteurs du sous-programme Culture, qui soutient des projets de traduction, d’édition, de diffusion et de promotion d’œuvres de fiction.

Les candidatures à ce soutien, dont le pourcentage de cofinancement est de 60% toutes catégories confondues, sont ouvertes jusqu’au 30 septembre, avec l’annonce des résultats en janvier 2022, selon les règles publiées sur le site du programme européen.

Les catégories de projets sont divisées en petite, moyenne et grande échelle.

Les projets à petite échelle proposent la traduction de jusqu’à 10 livres différents et peuvent recevoir jusqu’à 100 000 euros ; les moyennes, qui proposent la traduction de jusqu’à 20 livres différents, peuvent recevoir jusqu’à 200 mille euros ; et les plus grands sont des projets qui proposent la traduction d’au moins 21 livres différents, et peuvent recevoir jusqu’à 300 000 euros.

Le soutien aux candidatures prendra en compte, en priorité, le renforcement de la circulation transnationale et la diversité des œuvres littéraires européennes, notamment en encourageant les traductions de langues moins utilisées vers l’anglais, l’allemand, le français, l’espagnol (castillan) et l’italien.

C’est également un objectif prioritaire d’atteindre de nouveaux publics pour les œuvres littéraires européennes et de renforcer la compétitivité du secteur du livre, en encourageant la coopération au sein de cette chaîne de valeur.

Les entités collectives actives dans les secteurs culturels et créatifs et les entités basées dans les États membres de l’Union européenne, dans les pays partenaires de l’Espace économique européen et de la Zone de libre-échange européenne (Islande et Norvège), dans les pays associés au programme Europe créative ou dans les pays qui avoir des négociations en cours pour un accord d’association, qui entre en vigueur avant la signature de la subvention.

Quant aux langues éligibles, à la fois les langues source et cible, elles doivent être les langues « officiellement reconnues » des pays éligibles, il en va de même pour les traductions du latin et du grec ancien, qui doivent être faites dans les langues officiellement reconnues.

La langue cible doit être la langue maternelle du traducteur et la traduction doit avoir une dimension transfrontalière, c’est-à-dire qu’elle ne peut pas être d’une langue officielle vers une autre langue officielle du même pays.

Les œuvres au format papier ou numérique (livres électroniques et livres audio) peuvent demander une traduction.

En ce qui concerne le genre, seules les œuvres de fiction sont acceptées, telles que les romans, les nouvelles, les pièces de théâtre et de radio, la poésie, la bande dessinée et la littérature jeunesse, et doivent être des œuvres déjà publiées, non encore traduites dans la langue cible, écrites par des nationaux ou des résidents auteurs reconnus comme faisant partie du patrimoine littéraire du pays.

En plus des activités de traduction, de promotion et de distribution (stratégie d’importation), les propositions peuvent également inclure des activités « d’exportation » inter-entreprises pour aider à promouvoir les ventes de droits de traduction en Europe et au-delà.

Cette action soutiendra une quarantaine de projets, chacun reposant sur « une solide stratégie éditoriale et promotionnelle qui englobe un ensemble d’au moins cinq œuvres de fiction éligibles traduites vers et depuis les langues éligibles ».

Selon les critères du programme, ces packages doivent contribuer à la diversité de la littérature dans les pays cibles – en se concentrant principalement sur des ouvrages écrits dans des langues moins répandues -, à la collaboration entre auteurs, traducteurs, éditeurs, distributeurs, libraires, bibliothèques, festivals et événements littéraires, pour accroître la visibilité des traducteurs, et devrait aborder des questions transversales telles que l’inclusion, l’égalité des genres et la réduction de l’impact environnemental.

Le processus de candidature se déroule sur le portail « Financement et appels d’offres » de la Commission européenne.

Le programme Europe créative 2021-2027 est doté d’une enveloppe globale de près de 2,5 milliards d’euros, ce qui représente une augmentation de plus de 1,1 milliard d’euros par rapport à 1,4 milliard dans le cadre financier précédent (2014-2020).

La gestion d’Europa Criativa est de la responsabilité de la Commission européenne, qui décide également de l’allocation des fonds communautaires, tandis que l’Agence exécutive pour l’éducation et la culture (EACEA – Agence exécutive européenne pour l’éducation et la culture) est l’entité chargée de la gestion du programme, au nom et sous la direction et le contrôle de la Commission européenne.

Les informations sur le programme au Portugal sont fournies par le Centre d’information Europe créative. Les informations sont disponibles sur https://www.europacriativa.eu/.

AL (CP/MDR) // MAG

Le contenu de Creative Europe alloue cinq millions d’euros pour soutenir le livre et la littérature apparaît d’abord dans Visão.