1-1-e1669908198824-png
en-avant-jeronimo-demande-la-mobilisation-pour-renforcer

En avant ! : Jerónimo demande la mobilisation pour « renforcer » le parti lors de la conférence de novembre

« La Conférence nationale ‘Prendre l’initiative, renforcer le parti, répondre aux nouvelles demandes’ est arrivée et nous appelons chacun à participer avec sa contribution au débat qui suivra », a affirmé Jerónimo de Sousa, dans les derniers instants de la discours de près de 45 minutes qui a mis fin à la rentrée communiste, à Quinta da Atalaia (Seixal).

La justification de la conférence communiste – la quatrième en 101 ans -, qui aura lieu du 12 au 13 novembre, était déjà donnée, mais le dirigeant communiste l’a renforcée : l’absence de réponses aux problèmes nationaux et l’aggravation de la situation économique et la situation politique et sociale du pays.

Mais recadrer la fête est tout aussi important lors de la conférence. Dans un contexte de majorité absolue du PS, de conditions de vie qui se détériorent, et d’incertitude quant à la refonte du panorama géopolitique international, les communistes « doivent travailler pour assurer les tâches de renforcement de l’organisation du parti », a-t-il poursuivi.

Le leader communiste historique Álvaro Cunhal n’a pas été en reste dans son intervention : « il a dit que le rêve est toujours plus avancé que la réalité, mais c’est avec notre militantisme que nous irons au-delà du rêve ».

Devant les milliers de militants et sympathisants de la « Festa do Avante ! », Jerónimo de Sousa a réitéré la demande de contribution de tous les communistes pour « donner une perspective confiante de l’avenir à la lutte ».

« Nous ne démissionnons pas, nous ne nous conformons pas et nous n’abandonnons pas ! Nous voulons un pays plus développé et plus juste, nous devons le construire. Nous voyons certainement un avenir meilleur », a-t-il souligné, des mots qui ont été applaudis par la foule « rouge et jaune » qui l’écoutait.

Le secrétaire général du PCP pendant 18 ans, le plus long après Álvaro Cunhal, n’a pas levé le voile sur les thèmes de la conférence, mais a laissé le message que la mobilisation doit être tous les communistes.

Plus que la critique du troisième gouvernement d’António Costa et la justification de la position du parti face au conflit en Ukraine, le secrétaire général du PCP a tenu un discours « vers l’intérieur ».

Dans la première ‘rentrée’ après la fin de la ‘geingonça’, Jerónimo de Sousa s’est tourné vers les militants, pour les ‘attraper’, à un moment où le parti est réduit à 6 députés à l’Assemblée de la République (il en avait 10 lors de la dernière législature) et n’a pas encore réussi à arrêter la « saignée » au niveau municipal.

Le message a été, du moins, reçu avec effusion par les participants de la « Festa » – expression utilisée par les communistes pour désigner l’événement politico-culturel -, qui ont applaudi le discours à plusieurs reprises et longuement.

La « Fête de l’Avant ! » cela se fait à la maison : le conseil paroissial d’Amora est communiste, tout comme la municipalité de Seixal, qui appartient à un quartier majoritairement communiste.

Mais Jerónimo de Sousa a profité du moment où les communistes de tout le pays et même de l’étranger étaient au même endroit pour demander la résilience et un renforcement de l’activité dans les moments difficiles à venir, comme il l’a décrit tout au long de son discours.

AFE // MAD

Articles récents