Écoutez et suivez le podcast « JE Notícias » sur :

Spotify | Podcasts Google | Podcast Apple

Le groupe Thales a signé un accord avec Sonae Investment Management pour acquérir Maxive Cybersecurity, une holding créée en 2020 qui regroupe deux des principales sociétés européennes de cybersécurité MSSP, S21sec et Excellium. L’acquisition envisagée, qui devrait s’élever à environ 120 millions d’euros – avec un gain d’environ 63 millions – « est une étape importante pour S21sec sur le marché très dynamique des services de conseil et de gestion en cybersécurité, qui devrait croître d’environ 10 % entre 2020 et 2025 », révèle le groupe acquéreur dans un communiqué.

Les activités de cybersécurité de Thales représentent 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel. Le groupe est impliqué à tous les niveaux de la chaîne de valeur cyber, offrant des solutions allant de l’évaluation des risques à la protection des infrastructures critiques, soutenues par des capacités complètes de détection et de réponse aux menaces. Le groupe a développé trois familles de produits et services clés : la plateforme Cybels, une plateforme complète de services de cybersécurité, comprenant l’évaluation des risques, la formation et la simulation, la détection et la réponse aux cyberattaques ; Produits souverains, y compris des chiffreurs et des capteurs pour protéger les systèmes d’information critiques et la gamme de produits CypherTrust pour répondre aux exigences de protection des données, de sécurité du cloud et de contrôle d’accès.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a changé ses propos ces dernières heures, admettant qu’il n’était plus d’accord avec l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, avance la BBC.

Dimanche, le président finlandais avait assuré que la Turquie soutenait l’adhésion à l’Alliance atlantique lors d’une conversation téléphonique en avril dernier. Cependant, il semble qu’Erdogan ait changé d’avis lorsque la demande d’adhésion de la Suède a été confirmée.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est félicité lundi soir du retrait de 264 militaires de l’usine Azovstal de la ville de Marioupol, à la suite du cessez-le-feu convenu avec Moscou.

Le retrait a été rendu possible « grâce aux actions des militaires ukrainiens, des Forces armées ukrainiennes, des services de renseignement, de l’équipe de négociation, du Comité international de la Croix-Rouge et des Nations unies (…). Parmi eux se trouvent des blessés graves, qui reçoivent des soins médicaux », a-t-il souligné.

Les États-Unis ont assuré aujourd’hui que l’OTAN est une alliance de défense qui « ne représente une menace pour aucune nation, y compris la Russie », tandis que le Royaume-Uni a défendu l’entrée « dès que possible » de la Suède et de la Finlande dans l’organisation.

Le porte-parole du département américain de la Défense (Pentagone), John Kirby, a souligné lors d’une conférence de presse que ni le président russe Vladimir Poutine ni aucune autre nation [fora da Aliança Atlântica] peut opposer son veto à l’adhésion d’un pays à l’OTAN.

Les revenus pétroliers de la Russie ont grimpé de 50 % cette année, malgré les sanctions adoptées par les États-Unis d’Amérique et le Royaume-Uni.

Malgré sa volonté de réduire la dépendance au pétrole russe, l’Union européenne est restée en avril le principal marché des exportations russes, pesant 43% au total.

Le gouvernement a publié une déclaration félicitant la Finlande et la Suède pour les mesures prises pour rejoindre l’OTAN. L’exécutif soutient que l’entrée des pays sera un bon renforcement de l’Alliance atlantique.

« Le gouvernement portugais salue la décision des gouvernements finlandais et suédois, qui ont décidé de demander l’adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), une décision démocratique et souveraine des deux pays qui découle du nouveau contexte de sécurité », a déclaré L’exécutif d’António Costa.