« La mairie de Porto a, entre-temps, soumis une demande d’avis à la Direction régionale de la culture du Nord, qui a déjà été analysée et méritait un avis favorable conditionné, et des éclaircissements supplémentaires ont été demandés à la mairie de Porto. concernant le traitement paysager », a-t-il déclaré.

Dans une réponse écrite à Lusa, concernant l’annonce faite aujourd’hui par le maire, Rui Moreira, que la salle de consommation assistée devrait être achevée le 23 juin, date à laquelle elle sera livrée au consortium ??? « Um Porto Seguro » ??????, la DRCN a dit attendre « l’ajout au procès par la Mairie ».???????

Le 3 juin, le journal Público indiquait que les travaux sur le terrain où sera installée la salle d’autoconsommation «avançaient sans avis obligatoire» de la DRCN, une entité qui «a déjà demandé des éclaircissements» à la municipalité, puisque les travaux prennent placer dans la zone de protection spéciale de Serralves.

Selon le quotidien, les travaux de préparation du terrain « nécessitent, après tout, un avis préalable – ce que la mairie de Porto n’a jamais demandé et que, jusqu’au début de l’intervention, la DRCN était convaincue qu’il ne serait pas nécessaire ». ”.

A Lusa, le conseil municipal de Porto a précisé le 6 juin que les opérations d’urbanisme promues par la municipalité « sont exemptées de contrôle préalable et d’avis préalable non contraignant ».

« Néanmoins, lors de la préparation du projet, il y a eu une réunion technique avec la DRCN, au cours de laquelle le projet a été présenté, et la DRCN n’a soulevé aucune objection », a-t-il dit, ajoutant qu’entre-temps, « et pour qu’il être inclus dans le processus », a déjà « formellement » consulté la DRCN et que cette entité a validé la solution présentée.

Dans sa réponse, le conseil a également indiqué qu’au cours du projet, qui a nécessité une « excavation considérable », une mine avec une structure granitique très ancienne d’eau de pluie a été trouvée « de manière inattendue », et qu’elle « a forcé l’embauche de travaux complémentaires ». ” et l’articulation avec l’entreprise municipale Águas e Energia do Porto afin qu’une solution puisse être trouvée.

« Cette situation signifiait que l’achèvement des travaux devait être prolongé, étant donné qu’ils devaient être achevés dans la première quinzaine de juin », a-t-il déclaré.

Les travaux de préparation du terrain ont débuté le 28 avril, a indiqué le maire lors d’une séance de l’Assemblée municipale, sans donner plus de précisions à ce sujet.

La Chambre de Porto a approuvé à l’unanimité l’attribution de 270 mille euros au consortium « Um Porto Seguro », dirigé par l’Agence de développement Piaget (APDES), pour la gestion de la salle de consommation assistée.

La structure, qui sera installée à « Viela do Mortos », dans la zone de Serralves, devrait fonctionner 10 heures par jour, sept jours sur sept, à une heure proposée par l’entité de gestion et validée par le Comité de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation.

L’équipe devrait être composée de professionnels permanents, tels que deux infirmières, un technicien psychosocial et un pair éducateur, renforcés par des professionnels à temps partiel, à savoir un psychologue (sept heures par semaine), un travailleur social (sept heures par semaine) et un médecin (quatre heures par semaine).

L’espace, qui s’adresse aux usagers de substances psychoactives illicites, injectées et/ou fumées, bénéficiera du soutien de la Chambre de Porto d’un montant global de 650 mille euros.

Le programme de consommation surveillée de la municipalité de Porto résulte de la coopération entre plusieurs entités, suite à un protocole signé en 2020 pour la création de réponses de ce type dans la ville.

SPYC // JAP