Vers 20h30 mercredi (01h30 aujourd'hui à Lisbonne), deux policiers ont été abattus et conduits à l'hôpital, hors de danger, selon les autorités.

Le chef de la police par intérim de Louisville, Robert Schroeder, a confirmé que l'incident s'était produit juste avant le couvre-feu, décrété pour contenir les protestations attendues suite à la décision de ne pas inculper quiconque pour la mort de Breonna Taylor, abattue par des policiers lors des perquisitions du votre appartement.

Avant même que la décision du grand jury ne soit connue, le maire de Louisville, Greg Fischer, a décrété un couvre-feu dans la ville entre 21h00 et 6h30, anticipant une nuit d'éventuelles manifestations et troubles.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a offert l'aide du gouvernement fédéral pour contenir les manifestations dans la ville, qui ont été reproduites dans les villes du pays.

«Je prie pour les deux agents qui ont été abattus ce soir à Louisville, Kentucky. Le gouvernement fédéral est prêt à aider », a écrit Trump sur le réseau social Twitter, ajoutant qu'il s'était entretenu avec le gouverneur Andy Beshear. «Nous sommes prêts à travailler ensemble», a-t-il déclaré.

Le candidat démocrate à l'élection présidentielle, Joe Biden, s'est également exprimé sur les manifestations, ayant appelé à des manifestations pacifiques et arguant qu'il est nécessaire de résoudre les problèmes de «l'usage excessif de la force» par la police, «l'interdiction de l'étranglement» et la révision des mandats qui ils permettent aux forces de police d'entrer dans les maisons sans avertissement.

Un grand jury de l'État américain du Kentucky a décidé mercredi de ne pas accuser la police de Louisville de la mort de l'Afro-américaine Breonna Taylor, ce qui a conduit à la concentration de centaines de personnes en signe de protestation.

Les manifestations ont commencé dès que la décision du parquet a été annoncée, qui ne poursuit pas l'affaire comme un homicide, après qu'il a été annoncé que le seul des trois agents accusés a été libéré sous caution de 15000 dollars (12800 euros) et uniquement inculpé de négligence, mais pas pour la mort de l'Afro-américain. L'agent en question est accusé d'avoir tiré sur d'autres appartements à proximité.

Les procureurs ont déclaré que les agents qui avaient tiré leurs armes sur l'homme de 26 ans avaient agi en état de légitime défense.

Suite aux protestations qui ont suivi l'annonce de la décision, le gouverneur du Kentucky, le démocrate Andy Beshear, a autorisé l'envoi de la Garde nationale, avec pour mission de protéger les «infrastructures critiques», comme les hôpitaux.

Le procureur général de l'État, Daniel Cameron, un Afro-Américain à la hausse dans le parti républicain, était ravi d'expliquer la décision du tribunal, admettant que beaucoup pourraient être dégoûtés par le résultat, mais arguant que «la justice populaire n'est pas la justice» et que «La justice fondée sur la violence n'est que vengeance», et loue également le travail de la police.

Taylor, une professionnelle de la santé noire de 26 ans, a été abattue à plusieurs reprises par des policiers qui sont entrés chez elle avec un mandat de perquisition dans le cadre d'une enquête sur le trafic de drogue le 13 mars, provoquant une agitation et une indignation populaire, dans une année où les États-Unis ont été secoués par de violentes manifestations contre la violence policière.

Lors de la fusillade, le petit ami de Taylor, Kenneth Walker, a tiré lorsque la police est entrée dans la maison, frappant l'un des policiers, ayant même été accusé de tentative de meurtre. Les procureurs ont par la suite abandonné l'accusation.

Le 15 septembre, les responsables de la ville de Louisville ont intenté une action en justice contre les trois policiers, à la demande de la mère de Taylor, acceptant de lui verser 12 millions de dollars (environ 10 millions d'euros) et de réformer le système de police. local.

PTA (IMA / RJP) // JMC

Le contenu Deux policiers américains abattus lors de manifestations contre le cas de la mort d'une jeune femme noire apparaissent d'abord à Visão.