Le Parti social-démocrate (PSD) a défendu ce mardi qu ‘ »il n’y a toujours pas de conditions » pour célébrer les saints populaires cette année, en raison de la pandémie de Covid-19. Le président du PSD, Rui Rio, estime qu ‘«il vaut mieux faire le sacrifice» de ne pas faire Santo António et São João cette année, comme cela s’est produit l’année dernière, que de tout gâcher en une nuit et de compromettre la reprise économique.

«Malheureusement, il n’y a pas de conditions pour célébrer les saints populaires dans les termes auxquels nous sommes habitués, car ce sont des groupes et des groupes de personnes. Il vaut mieux faire le sacrifice de ne pas avoir Santo António et São João et de pouvoir contrôler la pandémie, que de tout gâcher en une nuit ou deux », a déclaré Rui Rio, à l’issue d’une visite au centre d’accueil ‘Ajuda de Berço ‘, à Lisbonne.

Accompagné du candidat social-démocrate à la Chambre de Lisbonne, Carlos Moedas, le leader du PSD a insisté sur le fait que l’accent doit être mis sur l’aide à l’économie et que cela implique de «revenir à la normale le plus tôt possible». « Il n’est pas facturé en 24 ou 48 heures, ce qui peut même entraîner des pertes supplémentaires à l’avenir [que vai ajudar na recuperação da economia]», A-t-il souligné.

Après que le conseil municipal de Porto a présenté un plan pour la réalisation de São João (avec plusieurs restrictions), Rui Rio a également déclaré que la réalisation éventuelle des saints populaires doit être «structurée et avec les pieds et la tête» pour éviter des situations comme celle-ci à Porto , avec la finale de la Ligue des champions.

«Au Portugal, les stades sont vides depuis mars 2020 et, par conséquent, il n’est pas juste qu’il puisse y avoir un match, qui ne soit pas avec des équipes portugaises ou un public portugais, avec un statut différent. La réalisation de la finale de la Ligue des champions au Portugal, oui, tant qu’il n’y a pas eu de public », a-t-il réitéré, après avoir déclaré que le gouvernement et la Chambre de Porto« devraient s’excuser auprès des Portugais »pour ce qui s’est passé.

Pour Rui Rio, la question n’est pas seulement une question «d’équité», mais aussi «une question de logique». «Si les matchs de football ne peuvent avoir personne, alors ils ne peuvent avoir personne, qu’ils soient en première division ou non. C’est un objectif d’ordre sanitaire et de devoir des populations », a-t-il souligné.

Le président du PSD a également déclaré qu’il ne comprenait pas «très bien ce que le gouvernement veut pour les plages», concernant l’utilisation d’un masque. «Quand nous marchons là-dedans, cela limite fortement ce que seront le reste des gens sur la plage, ou même le temps que nous regardons ce que nous avons vu à Porto. Pire encore, il y avait déjà une menace à Lisbonne, avec les célébrations du Sporting, et nous aurions dû en tirer des leçons. Mais nous n’avons rien appris », a-t-il conclu.