Les célébrations s’inscrivent dans le cadre du pèlerinage des migrants et des réfugiés, dans le cadre de la 50e Semaine nationale des migrations, qui a débuté lundi et s’achève dimanche, sous le thème « Construire l’avenir avec les migrants et les réfugiés ». C’est le titre du message du pape François pour la Journée mondiale des migrants et des réfugiés, célébrée le 25 septembre.

La Semaine nationale de la migration est une initiative de l’Œuvre catholique portugaise pour la migration, un organisme de la Conférence épiscopale portugaise qui, en 2022, aura 60 ans.

Le pèlerinage commence à 21h30 par la récitation du chapelet, suivie de la procession aux chandelles et de la célébration de la parole.

Le samedi, à 9h00, le chapelet est récité, et la messe est célébrée une heure plus tard, qui comprend une parole adressée aux malades. Les célébrations se terminent par la procession d’adieu.

Pendant le pèlerinage, la veillée de prière animée par les secrétariats diocésains de la migration, les communautés catholiques de la diaspora et l’aumônerie nationale ukrainienne est reprise, a informé le Sanctuaire de Fatima.

Le pèlerinage comprend également, le samedi, l’offrande traditionnelle du blé, une action qui se répète pour la 82e fois, initiée par un groupe de jeunes de la Jeunesse agraire catholique, de 17 paroisses du diocèse de Leiria, qui en 1940 offraient 30 boisseaux de blé, destinés à la fabrication d’hosties pour la consommation dans le Sanctuaire de Fátima.

« Depuis cette année, des pèlerins, non seulement de Leiria, mais aussi d’autres diocèses du pays, et même de l’étranger, ont donné une continuité, année après année, à cet offrande », a déclaré le sanctuaire.

Selon les données du temple marial, l’année dernière « 569 960 particules, 820 hosties moyennes, 60 grandes hosties et 45 particules pour coeliaques ont été consommées lors des célébrations ».

Mercredi, trois groupes de Pologne, deux groupes du Portugal et deux autres d’Allemagne et d’Espagne se sont inscrits à ce pèlerinage, en plus des pèlerins d’Autriche, de Belgique, de France, d’Irlande, d’Israël, d’Italie et du Vietnam, avec un groupe chacun.

L’évêque de Fall River, dans l’État américain du Massachusetts, est originaire de Nova Fátima, dans l’État brésilien de Bahia, et a été le premier prélat américain né au Brésil.

« Il préside actuellement l’une des communautés portugaises les plus importantes et les plus significatives des États-Unis, où réside une importante communauté açorienne », a déclaré le sanctuaire de Fátima.

Edgar Moreira da Cunha, né en 1953, a été ordonné prêtre le 27 mars 1982 à Igreja de São Miguel, à Newark, dans l’État américain du New Jersey, où réside également une importante communauté portugaise, principalement du nord et du centre. .du Portugal continental, a ajouté le sanctuaire.

SR // ZO