Treize syndicats de la Sûreté publique et des associations socioprofessionnelles de la Guarda Nacional Republicana se sont réunis sur une plate-forme pour réclamer une subvention de risque identique à d’autres forces et services de sécurité, comme les inspecteurs de la police judiciaire et le Service des étrangers et des frontières.

Les rassemblements sont prévus à 10h00 devant le Palais Ajuda, où se déroule la réunion du Conseil des ministres, et à 18h00, sur la Praça do Comércio, à côté des ministères de l’Administration intérieure et des Finances, où une note commune avec les revendications.

Les trois associations socioprofessionnelles de la GNR et les 10 syndicats de la PSP considèrent que la « valeur de vie et d’intégrité physique » de ces éléments des forces de sécurité « ne peut être inférieure à celle des autres forces de police » et rappellent que les statistiques indiquent que la PSP et la GNR « sont les professions au Portugal qui subissent le plus de morts et d’agressions ».

Cette manifestation, dans laquelle les organisateurs appellent les policiers à porter une chemise noire, vise à exprimer leur « total mécontentement face à la proposition de supplément de risque présentée par le Gouvernement » et « à sensibiliser tous les citoyens à la question » de la police. rémunération PSP et la GNR militaire.

Ces structures se sont déjà déclarées intransigeantes à hauteur de 430,39 euros et affirment que cette somme a déjà été allouée à d’autres forces de police.

Pour la première fois, le Syndicat National des Officiers de Police, qui représente la majorité des officiers qui commandent la PSP, participera à une manifestation et s’associera à une plateforme avec d’autres structures, qui ne fait pas partie du plus grand syndicat PSP, le Syndicat Professionnel Association de la Police (ASPP/PSP), et l’association la plus représentative du GNR, l’Association des Professionnels de la Garde.

Cependant, l’ASPP a déjà annoncé qu’elle serait également présente à la concentration d’aujourd’hui au Palácio da Ajuda pour lutter pour une subvention au risque « digne et juste ».

Le Ministère de l’Administration Intérieure (MAI) a présenté aux structures PSP et GNR un nouveau complément de service à risque dans les forces de sécurité, qui remplacera le complément de service actuel dans les forces de sécurité, et comprend une majoration de la valeur en fonction des fonctions effectué par la police.

Selon le MAI, la proposition de la part fixe du supplément pour service dans les forces de sécurité (actuellement 31 euros) prévoit 100 euros par mois pour les éléments en patrouille et fonctions de patrouille, 90 euros pour ceux qui ont le commandement et 80 euros pour les les opérations PSP et GNR restantes, soit en pratique une augmentation de 68, 59 et 48 euros respectivement.

Pendant ce temps, le secrétaire d’État adjoint et à l’administration interne, Antero Luís, a déjà garanti la volonté du gouvernement d’accorder aux policiers une subvention de risque d’une valeur «d’une certaine dignité», mais dans un cadre «réaliste».

Les syndicats PSP et les associations GNR ont une réunion prévue avec Antero Luís le 21 juillet, où ils présenteront une contre-proposition et une réunion est également prévue ce jour-là devant le MAI.

La subvention de risque est l’une des principales et des plus anciennes demandes des policiers et l’attribution de ce supplément est prévue dans le budget de l’État de cette année, dans une décision des partis d’opposition et non du gouvernement.

Cette plate-forme comprend l’Association nationale des gardes (ANAG), l’Association nationale des sergents de garde (ANSG), l’Association des membres professionnels indépendants des professionnels du GNR (ASPIG), l’Association des syndicats autonomes de la police (ASAPOL), l’Organisation syndicale de la police. (OSP), le Syndicat indépendant des officiers de police (SIAP), le Syndicat indépendant de la police libre (SILP), le Syndicat national de la police (SINAPOL), le Syndicat national des chefs de PSP (SNCC), le Syndicat national des fonctionnaires de police (SNOP) ), le Syndicat professionnel de la police (SPP), le Syndicat de la police pour l’ordre et la liberté (SPPOL) et le Syndicat vertical des carrières policières (SVCP).

CMP // ZO

Le contenu Éléments de PSP et GNR protestent ensemble aujourd’hui contre la proposition du gouvernement de subvention du risque apparaît d’abord dans Visão.