« Oh, comme j’aime Noël Coward. En tant que « ne veut pas la chose », avec une lueur unique, il nous accompagne depuis près d’un siècle, nous dénonce, contredit les idées reçues, sur la courbe de l’Histoire. Frivole? Ou vraiment profond ? Fantastique ou vraiment réaliste ? Regardez : théâtral, je parie », a écrit le metteur en scène Jorge Silva Melo dans le texte inclus dans la feuille de pièce du spectacle qui est la dernière mise en scène du fondateur et directeur d’Artistas Unidos, décédé le 14.

La pièce signée par Noël Coward (1899-1973) a été écrite « pour remplir un pacte conclu onze ans plus tôt entre le dramaturge anglais et ses deux amis Alfred Lunt et Lynn Fontanne, connus sous le nom de ‘Lunt’ et devenus le théâtre le plus célèbre couple en Amérique », mais qui, en 1921, lorsque Coward leur rendit visite à New York, commençaient à vivre dans des logements bon marché pour acteurs en difficulté, écrit Jorge Silva Melo.

« Coward était également encore relativement inconnu, mais il partageait avec Lunt et Fontanne une soif de gloire et de succès. La production a été créée à Broadway en 1933 et plus tard en Angleterre, avec un succès critique et commercial immédiat, malgré ses personnages amoraux et sa bisexualité proclamée », a ajouté Jorge Silva Melo.

Écrite en 1932 et adaptée au cinéma par Ernst Lubitsch un an plus tard avec Gary Cooper, Fredric March et Miriam Hopkin dans les rôles principaux, la pièce n’atteint le Royaume-Uni que six ans plus tard, où elle avait suscité la controverse.

L’action commence à Paris, dans l’atelier de l’artiste Otto (Nuno Pardal), où il vit avec Gilda (Rita Brütt), et où elle accueille Ernest (Américo Silva).

Le studio est aussi le lieu où Gilda finit par échanger Otto, qui était en voyage, contre son meilleur ami, Leo (Pedro Caeiro), qui finit dévasté et dont la vie ne sera plus jamais la même.

Dans un deuxième acte, le scénario se déplace dans le luxueux appartement de Leo à Londres, où il vit déjà avec Gilda et dans lequel Otto finit par apparaître.

La présence de la bonne Miss Hodge (Antónia Terrinha) fait une certaine différence entre le premier et le deuxième acte, à la fin duquel Otto et Leo – qui sous-entendent qu’ils avaient aussi une relation affective – boivent pour soulager leur dépression.

Deux ans plus tard, un penthouse à New York plein d’art et de meubles de luxe, surplombant Manhattan, est la maison d’Ernest et Gilda, qui se sont mariés depuis.

Le bonheur apparent du couple, dont la vie est davantage guidée par la camaraderie, est alors ébranlé par l’arrivée d’Otto et de Léo, qui continuent d’exercer une domination sur Gilda.

L’ambiguïté sexuelle, la bisexualité, la monotonie qui s’installe dans le quotidien des relations amoureuses, la réussite et le partage de l’autre sont quelques-uns des thèmes qui imprègnent toute la structure de la pièce qui, tout en étant une comédie, finit par être dérangeante car « tambouriner ». » au plus profond de l’être humain.

« Nos vies sont diamétralement opposées aux conventions sociales habituelles » est l’une des répliques données par Gilda dans la pièce qui, bien qu’à première vue, cela puisse ressembler à une « femme fatale », c’est bien plus que cela.

Un personnage qui est « le pôle fédérateur et l’aimant positif et négatif des actions », dont le cheminement est « avancé ou retardé par rapport à ce qui se passe autour ».

Dans cette pièce – la deuxième de Coward produite par Artistas Unidos et mise en scène par Silva Melo après « Vidas Íntimas » – le personnage principal est une femme audacieuse et indépendante qui prend des décisions et fait ce qu’elle veut.

Ce qui ne serait pas « facile du tout » dans les années 1930 aux Etats-Unis, comme « n’est toujours pas facile aujourd’hui », a déclaré l’actrice Rita Brütt.

Une femme « qui fait ce qu’elle a envie, prend des risques, suit sa volonté, court le risque d’être jugée, souffre aussi car, en fait, elle aime plus d’une personne, et elle l’aime vraiment », a souligné l’actrice.

Ernest, quant à lui, apparaît comme le contrepoint de cette expérience audacieuse du trio. Pour Américo Silva, qui interprète le personnage, c’est « un peu la partie conservatrice de cette époque ».

Sur la scène de la salle Luís Miguel Cintra de São Luiz, jusqu’au 10 avril, « Vida de artists » se produit du mercredi au samedi, à 20h00 et, le dimanche, à 17h30.

Avec une traduction de José Maria Vieira Mendes (et publiée dans la collection Livrinhos de Teatro avec « Vidas Íntimas »), Ana Amaral, Jefferson Oliveira, Pedro Cruzeiro, Raquel Montenegro et Tiago Matias interprètent également la pièce.

Avec une scénographie et des costumes de Rita Lopes Alves, la coordination technique de João Chicó, le son d’André Pires et l’éclairage de Pedro Domingos, la pièce a pour assistants Nuno Gonçalo Rodrigues et Noeli Kikuchi.

« Life of Artists » est une production de United Artists, du Théâtre National de São João et du S. Luiz Teatro Municipal.

CP // TDI

The United Artists emmène Noël Coward Play sur scène dans la dernière scène de Jorge Silva Melo apparaît en premier sur Visão.