Plus de 100 artistes au Portugal ont signé une pétition en faveur du rappeur espagnol Pablo Hasél.

Hasél a été emmené mardi en prison pour glorification du terrorisme et insulte au roi d’Espagne dans ses paroles, et risque neuf mois de prison.

La pétition portugaise, signée par d’éminents artistes portugais, dont le rappeur Capicua, le plasticien Vhils et le musicien Sérgio Godinho, «exige la libération du rappeur catalan Pablo Hasél» dont les partisans se sont barricadés lundi dans un bâtiment de l’université de Lleida.

L’arrestation de Hasél a déclenché des manifestations en Espagne, des manifestants à Barcelone brûlant des poubelles et lançant des pierres et des bouteilles sur des policiers.

La pétition portugaise, qui compte plus de 1 200 signatures, souligne que «dans une démocratie, les artistes ne sont pas condamnés à neuf mois de prison, qui peuvent, en cumul légal, atteindre 20 ans, pour chanter et pour écrire».

La pétition ajoute que le musicien espagnol avait dénoncé «la corruption flagrante d’une monarchie de moins en moins légitimée démocratiquement», fait preuve de solidarité «avec des centaines de prisonniers politiques de l’État espagnol» et critiqué «les injustices sociales qui affligent le peuple et sa politique communiste militantisme. »

Les signataires portugais souhaitent également «que le gouvernement portugais adopte, face aux violations des droits de l’homme qui se produisent dans l’État espagnol, une position ferme en faveur de la liberté, de la démocratie, de la liberté d’expression et pour la libération immédiate de Pablo Hasél».