« L’occasion n’a pas été saisie pour introduire des améliorations », a déclaré la directrice générale de Deco, Ana Cristina Tapadinhas, lors d’une audition à la commission parlementaire de l’économie, des travaux publics, de la planification et du logement, dans le cadre du groupe de travail sur les communications électroniques, renvoyant le projet de loi sur la loi sur les communications électroniques (LCE), qui transpose la directive établissant le code européen des communications électroniques (ECCE) mais qui a été suspendu avec la dissolution de l’Assemblée de la République à la fin de l’année dernière et qui en avril a été approuvée par le gouvernement.

« Les députés ont une énorme responsabilité pour rendre la transposition de cette directive plus ambitieuse et enfin mettre un terme et répondre à ce problème structurel dans les télécommunications et répondre aux besoins des consommateurs », a déclaré Ana Cristina Tapadinhas, considérant le projet législatif actuel comme une « occasion manquée ». protéger les intérêts des consommateurs »

Rappelant que le secteur des télécommunications a été l’un des plus dénoncés par les consommateurs à l’association de protection des consommateurs, à savoir la loyauté et la loyauté des contrats et la pénalité respective en cas de résiliation anticipée dans le délai de fidélité, l’association a rappelé qu’elle avait suivi cette question depuis plusieurs années, notamment par des pétitions ou en participant à des groupes de travail.

« C’est avec surprise et grande inquiétude que nous avons constaté que la proposition [aprovada em abril] c’est exactement la même proposition » qui avait été approuvée en 2021 et critiquée par l’association.

L’association souhaite notamment de nouvelles règles de calcul de l’indemnité à verser par le consommateur en cas de résiliation du contrat, pendant la période de fidélité, et de nouvelles règles qui préviennent les situations de changement d’adresse, de chômage ou d’émigration du contrat. titulaire, ainsi qu’« une manière plus équitable de calculer l’indemnité » à verser en cas de déverrouillage des équipements terminaux.

« Une occasion a été perdue ici d’introduire des règles qui sauvegardent les intérêts des consommateurs », a renforcé le secrétaire général, critiquant qu’il n’y ait pas de changement dans les « sanctions excessivement onéreuses basées sur une équation mystérieuse » qui défendaient de garder les consommateurs en otage des contrats, car il existe des freins au changement d’opérateur qui les empêchent de bénéficier des meilleures offres du marché.

Deco a rappelé aux députés l’avis qu’il avait rendu en 2021 sur le projet de loi qui a approuvé la loi sur les communications électroniques, soulignant que la transposition du CECE dans le système juridique doit se faire « complètement » et incluant toutes les libertés accordées aux États membres pour promouvoir la santé. et une concurrence loyale entre les opérateurs et renforcer le régime actuel de protection de l’utilisateur final, en l’adaptant aux nouvelles réalités et besoins.

VP // CSJ