1-1-e1669908198824-png
de-nouveaux-tableaux-de-retenues-a-la-source-reduisent-lirs

De nouveaux tableaux de retenues à la source réduisent l’IRS jusqu’à 25 euros sur un salaire de 1 350

Ces calculs font partie d’un ensemble de simulations réalisées par le ministère des Finances sur la base des nouvelles tables de retenue à la source qui seront appliquées entre janvier et juin 2023 et celles qui entreront en vigueur le 1er juillet et incluent un nouveau modèle de retenue à la source de l’impôt .

Selon les mêmes simulations, un célibataire sans charge, avec un salaire brut de 1.350 euros prélève actuellement, via l’IRS, 219 euros. En janvier, avec les nouveaux tableaux de retenue à la source, la taxe passera à 204 euros et à partir de juillet, elle bénéficiera d’une nouvelle réduction, commençant à déduire 194 euros.

Si cette personne, avec ces caractéristiques, bénéficie d’une augmentation de salaire de 5,1% en janvier (ce qui portera son salaire à 1 419 euros bruts mensuels), le prélèvement à la source IRS sera de 230 euros entre janvier et juin (d’où un salaire net d’impôt de 1 189 euros), passant à 213 euros à partir de juillet (le salaire net de l’IRS étant de 1 204 euros).

Une personne seule avec une personne à charge et un salaire brut de 850 euros déduit actuellement 57 euros de l’IRS. En 2023, ce contribuable bénéficiera d’un allégement de 20 euros à partir de janvier, commençant à déduire 37 euros. En juillet, nouveau changement, le précompte mobilier étant ramené à un euro.

Cette évolution fera passer le salaire net d’impôt de 793 euros actuellement, à 813 en janvier et à 849 euros à partir de juillet.

Avec une augmentation de 5,1 % en 2023, le salaire brut passe à 893 euros, les nouvelles tables de rétention assurant une valeur nette fiscale (hors abattement Sécurité sociale) de 834 euros en janvier et 871 euros à partir de juillet.

Cette évolution des retenues (et par conséquent de la valeur nette en cas de maintien ou d’augmentation de salaire) reflète deux situations : d’une part, les nouvelles tables de retenues qui seront en vigueur entre le 1er janvier et le 30 juin et qui sont mises à jour en tenant compte des les modifications du minimum et de l’existence, la mise à jour de 5,1% des tranches et la réduction de 21% à 23% du taux marginal de la deuxième tranche de l’IRS, prévue dans le budget de l’État pour 2023 (OE2023).

D’autre part, le nouveau modèle de tables de retenue à la source qui démarre en juillet et qui suit une logique de taux marginal, en ligne avec les niveaux de l’IRS, visant à éviter les situations régressives.

« Une fois le nouveau modèle adopté, une augmentation du salaire brut correspondra toujours à une amélioration du salaire net » contrairement à ce « qu’on a vu dans certaines situations avec le modèle de rétention actuel », précise le ministère des Finances.

C’est ce qui fait qu’un travailleur marié à une personne à charge et disposant d’un revenu brut de 2 500 euros par mois non augmenté maintient ses revenus au premier semestre, connaissant une augmentation nette de 41 euros à partir de juillet.

Ayant une augmentation de salaire de 5,1%, vous aurez un gain mensuel de 75 euros jusqu’en juin et de 120 euros à partir de juillet.

LT // MSF

Articles récents