1-1-e1669908198824-png

De gauche à droite. Que disent les parties à propos de l’invasion russe de l’Ukraine ? – La Revue Economique

Après quelques jours de spéculations, la Russie a fait les premiers pas vers l’invasion de l’Ukraine, reconnaissant l’indépendance de deux régions séparatistes d’Ukraine : le Donbass. [Donetsk e Luhansk]. L’action du Kremlin a suscité différentes réactions et au Portugal, de la gauche à la droite, les différents partis représentés au parlement se sont montrés solidaires de l’Ukraine.

« La reconnaissance par la Russie des régions sécessionnistes viole l’accord de Minsk », déclare Costa

Peu de temps après que la Russie a reconnu l’indépendance des régions orientales de l’Ukraine, le Premier ministre a déclaré sur Twitter que cette décision violait l’accord de Minsk.

« La reconnaissance par la Russie des deux régions dissidentes de l’Ukraine viole clairement les accords de Minsk et met en péril l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Nous condamnons fermement cette action et exprimons notre entière solidarité avec l’Ukraine », a écrit Costa.

PSD contre la décision de la Russie de reconnaître l’indépendance des régions

Dans une déclaration publiée sur le site Internet du parti, le PSD note qu’il « condamne la décision de la Russie de reconnaître l’indépendance des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk ». « C’est une violation du droit international, des accords de Minsk et du principe du respect de l’intégrité territoriale des Etats », pointent les sociaux-démocrates.

Pour le parti dirigé par Rui Rio « aucun ordre international ne peut subsister lorsque les États se sentent libres de remettre en cause la souveraineté des autres États et de changer les frontières par la force ».

« Nous avons toujours défendu la diplomatie et la solution pacifique des conflits et nous continuons à affirmer qu’il est nécessaire d’éviter une escalade encore plus grande de la situation, mais la communauté internationale doit dire très clairement qu’il existe des sanctions pour ceux qui ne s’y conforment pas. avec les normes et les lois internationales », dit le PSD qu’il est d’accord avec la décision de l’UE d’appliquer des sanctions à la Russie.

CDS veut que le bon sens prévale

L’eurodéputé du CDS-PP Nuno Melo a déclaré, dans une interview à « RTP », qu’il espère que le bon sens prévaudra dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine. « J’espère que le bon sens prévaudra, j’espère sincèrement qu’il n’y aura pas d’attitude concertée avec la Chine par rapport à d’autres revendications qui pourraient conduire à une escalade avec des résultats absolument imprévisibles », a déclaré Nuno Melo.

Le démocrate-chrétien a également souligné que « traiter avec la Russie n’est pas comme traiter avec un autre pays qui peut avoir des revendications territoriales » et que dans le passé, quelque chose de similaire s’est produit avec le Kosovo.

Block espère que l’escalade ne se poursuivra pas

A gauche, l’un des fondateurs du Bloco de Esquerda Luís Fazenda a déclaré, dans une interview à « TSF », qu’il espère que l’escalade ne se poursuivra pas.

« Nous ne pouvons que condamner la reconnaissance de l’indépendance des républiques séparatistes en Ukraine. Le processus de paix nécessiterait une voie diplomatique, un dialogue politique réel et concret, et pas exactement des positions extrêmes. La Russie l’a fait. C’est absolument répréhensible et nous espérons que cette escalade ne se poursuivra pas. Il faut trouver l’espace pour la voie diplomatique et minimiser ce qui peut dégénérer en guerre », a-t-il estimé.

Le PCP souligne que l’Ukraine n’a jamais respecté l’accord de Minsk

« Alors que certains manifestent aujourd’hui leur inquiétude face aux accords de Minsk, signés il y a sept ans, il est important de garder à l’esprit que le régime ukrainien non seulement ne les a jamais respectés, même ouvertement, mais a également empêché la réalisation d’une solution politique au conflit. dans le Donbass, étant responsables de violations constantes du cessez-le-feu », ont déclaré les communistes dans un communiqué publié sur le site Internet du parti.

Le PCP dénonce la « dangereuse stratégie de tension et de propagande belliqueuse promue par les États-Unis, l’OTAN et l’UE, et appelle au développement de l’action en défense de la solution pacifique des conflits internationaux, à la fin de l’agression et de l’ingérence de l’impérialisme, à la le rejet de l’élargissement de l’OTAN et sa dissolution ».

Les libéraux disent que Costa aurait dû être plus « vocal » pour soutenir l’Ukraine

Les libéraux ont choisi les médias sociaux pour s’exprimer sur le sujet et ont souligné que le Premier ministre portugais aurait dû être plus vocal sur le sujet.

«Il y a une semaine, IL a déclaré au Premier ministre António Costa, lors d’une réunion en face à face, que le Portugal aurait dû être beaucoup plus vocal et clair dans son soutien au peuple ukrainien. Une semaine s’est écoulée et l’inévitable tweet reste face au fait accompli », a écrit le parti de João Cotrim Figueiredo.

Marcelo dit qu' »il est important d’attendre les délibérations européennes »

Outre les partis politiques et le gouvernement, le président de la République a également abordé la question et a déclaré qu’il restait désormais à attendre les délibérations européennes.

« L’Union européenne a déjà pris position hier à l’aube, le Portugal ainsi que les autres pays membres de l’Union européenne. Naturellement, il est important d’attendre les délibérations européennes et puis éventuellement le gouvernement portugais et le Portugal, comme les autres pays, donneront leur avis sur ce qui a été décidé », a souligné le chef de l’Etat.

Marcelo a également mentionné les accords de Minsk. « Les accords de Minsk étaient des accords qui impliquaient une grande combinaison des pays qui composent l’Union européenne et ses alliés dans le cadre de l’OTAN et pendant cette période, y compris les Nations unies, il y avait un contrôle de l’application des accords de Minsk » , a-t-il souligné. .

Articles récents