C’est une bibliothèque virtuelle qui rassemble tous les domaines de programmation que Culturgest représente, en tant que centre culturel multidisciplinaire: théâtre, danse, arts visuels, musique, conférences, participation et collection d’œuvres d’art de la Caixa Geral de Depósitos (CGD), a expliqué le directeur de la communication de Culturgest à Lusa.

Le public a désormais accès à des «microsites» thématiques, des vidéos de conférences et de spectacles, des audios, des photographies et de la documentation qui constituent l’histoire visible du centre multidisciplinaire.

« C’est une plongée, un voyage avec un regard sur le passé et un regard sur l’avenir des nouvelles propositions », a déclaré la responsable de la communication, Catarina Medina, affirmant que depuis la pandémie, plus de son propre contenu a commencé à être travaillé.

C’est dans ce contexte qu’est apparue la possibilité de créer des «microsites» thématiques dédiés aux artistes et aux projets, dans le cadre d’une «stratégie plus large: le« en ligne »comme bras stratégique de Culturgest».

«Depuis 2020 sans possibilité d’être présent dans l’espace public, la production par Culturgest de programmation en ligne et de contenus multimédias originaux (vidéos, interviews, ‘microsites’) s’est renforcée, avec une approche éditoriale, cherchant à identifier les ponts au fil des mois entre la société civile, aujourd’hui et tous nos domaines de programmation », a-t-il précisé.

Dans le même temps, l’équipe en charge de ce domaine a initié un investissement dans la structure numérique, afin de doter Culturgest de nouvelles ressources pour garantir la continuité de cette stratégie et une plus grande et meilleure exposition de ses contenus.

«C’est ainsi que la nouvelle médiathèque apparaît sur notre site Internet, au cœur de la stratégie numérique de Culturgest, qui comprendra à la fois de nouvelles propositions de programmation en ligne et un regard sur l’héritage multidisciplinaire des 27 dernières années», a-t-il ajouté.

Ce travail de «regard vers le passé» est actuellement en cours de développement par l’équipe de Culturgest, qui effectue une enquête sur la programmation la plus intéressante à mettre en bibliothèque.

«Pour l’instant, nous rendrons disponible une grande partie du contenu produit au cours des trois dernières années. Ce que nous voulons montrer, c’est la diversité des propositions au fil des ans. La sauvegarde de la mémoire est fondamentale pour nous », a déclaré le responsable.

Le démarrage du projet est marqué par l’ouverture de la conversation entre le programmeur d’arts visuels de Culturgest, Bruno Marchand, et le commissaire Óscar Faria, dans le cadre du lancement du catalogue de l’exposition «Lendo Resolve: Álvaro Lapa and Literature» (qui est immédiatement disponible en ligne).

Parmi les contenus qui seront disponibles à partir de vendredi, il y a la pièce de théâtre «As Virgens Suicidas», de John Romão, l’émission «A Love Supreme», de Ricardo Toscano, une conférence de Steve Paxton, la conversation sur «Le droit à la tristesse» , a eu lieu lors du premier accouchement, la conversation et la présentation du projet PEDRA, ainsi que quelques enregistrements historiques, comme la conférence «Don’t Forget to Live!», par Maria Filomena Molder.

Bientôt, le documentaire «Jorge Martins – Quadros Inacabados», de Sérgio Trefaut sera également disponible.

Concernant les «microsites» qui seront disponibles, et qui permettront «au public de plonger et de découvrir les univers des artistes et de leurs œuvres», Catarina Medina met en avant «Um amor supremo» (dédié à la pièce de danse «A Love Supreme» et le concert Ricardo Toscano présenté en décembre 2020), «Hunt for the new witches» (dédié à la conférence de Silvia Federici présentée «en ligne» en octobre), «Invisible Exhibition» et l’exposition «La nature déteste les lignes droites», de Gabriela Albergaria, qui il reviendra toujours à Culturgest dès qu’il pourra rouvrir les portes.

Selon le directeur artistique et administrateur de Culturgest, Mark Delegter, la stratégie numérique retrace «une histoire très riche à redécouvrir, qui illustre l’évolution de la création artistique et le débat autour des arts et des sciences humaines».

A partir des propositions de programmation lancées, chaque année, des objets visuels, auditifs et documentaires sont créés qui ouvrent l’opportunité à d’autres lectures d’artistes, spectacles, expositions et conférences qui traversent les espaces de l’espace culturel.

AL // TDI