1-1-e1669908198824-png
ctt-facture-une-tva-indue-sur-les-commandes-en-dehors

CTT facture une TVA indue sur les commandes en dehors de l’UE — Médiateur

La conclusion selon laquelle le paiement de la TVA dans ces situations était indûment facturé par CTT résulte de l’analyse de plusieurs plaintes à ce sujet qui ont été portées à l’attention de la médiatrice, Maria Lúcia Amaral, selon une note de la médiatrice publiée aujourd’hui.

Cette situation a conduit Maria Lúcia Amaral à envoyer une recommandation au président du conseil d’administration de CTT, Raul Galamba de Oliveira, demandant l’élimination de cette pratique et précisant que, compte tenu de la législation en vigueur, les marchandises expédiées d’un pays tiers par un bien destiné à un autre particulier « restent exonérés de TVA lorsqu’ils sont destinés à un usage personnel/familial et ont une valeur n’excédant pas 45 euros ».

Le code de la TVA a fait l’objet de plusieurs modifications par une loi publiée en août 2020, dont une mesure qui est venue déterminer, à compter du 1er juillet 2021, la fin de l’exonération de TVA qui bénéficiait jusqu’alors aux importations de biens de faible valeur (jusqu’à 22 euros).

Toutefois, rappelle le Médiateur, la législation en vigueur établit également que « les marchandises faisant l’objet de petits envois sans caractère commercial [remessas ocasionais, para uso pessoal/familiar, de valor não superior a 45 euros e enviadas sem qualquer tipo de pagamento (n.º 2)]expédiés d’un pays tiers par un particulier à un autre particulier qui se trouve sur le territoire national, sont exonérés, à l’importation, de la taxe sur la valeur ajoutée et des droits d’accise ».

Alors que la situation dans laquelle l’exonération de TVA pour les importations de biens d’une valeur allant jusqu’à 22 euros a été supprimée concerne un envoi commercial (un achat en ligne, par exemple), en ce qui concerne la situation qui envisage des valeurs jusqu’à 45 euros sont concernés par  » les relations non commerciales entre individus, qui comprennent donc l’envoi de cadeaux, de biens à usage personnel, etc. » — comme l’envoi d’un cadeau, par exemple.

« Alors que la première exonération a été supprimée à compter du 1er juillet 2021, la seconde [pequenas remessas sem caráter comercial] sont restés inchangés et ces envois de fonds restent exonérés de TVA à ce jour », déclare Maria Lúcia Amaral.

Le prestataire souligne que « non seulement aucune règle révocatoire ne s’y réfère, mais la nature de cette exonération n’entre pas dans le champ matériel de la loi n° 47/2020, du 24 août : elle n’a rien à voir avec l’univers de l’électronique. commerce, plutôt, s’inscrivant dans l’univers des relations entre les individus résidant dans différentes parties du globe et, plus précisément, en ce qui concerne la réalité nationale, entre les résidents au Portugal et les résidents en dehors de l’UE ».

L’analyse des plaintes parvenues au Bureau du Médiateur a révélé que, « dans la compréhension de la CTT, qui correspondra à la pratique actuelle à partir du 1er juillet 2021, la TVA devra être perçue pour le dédouanement des transferts extracommunautaires entre particuliers dont la valeur ne ne pas dépasser 45 euros, sans opérer la différenciation entre les deux régimes exposés ».

Une telle entente, écrit Maria Lúcia Amaral, apparaît comme « insoutenable au regard du droit national et communautaire et pénalisant gravement les citoyens », notant que « l’exonération en question couvre également les biens soumis à un régime fiscal spécial (tabac ; alcool ; parfums ; café et thé), à condition que l’envoi respectif, entre particuliers, ne dépasse pas les quantités légalement établies à l’article 2 du décret-loi n° 398/86 ».

CTT dispose de 60 jours pour répondre à la recommandation de Maria Lúcia Amaral — qui a été envoyée au su du directeur des services de réglementation douanière de l’administration fiscale —, en indiquant qu’elle a été respectée ou en présentant des motifs détaillés en cas de non-conformité.

LT // CSJ

Articles récents