« La dernière mise à jour du tarif kilométrique, payé par le SNS [Serviço Nacional de Saúde]pour le transport des malades non-urgents, a été réalisée il y a 10 ans, en 2012. Le prix du carburant (diesel) depuis 2012 a augmenté de 42,66% », a commencé par dire la Fédération, qui donne 15 jours au gouvernement pour définir des « mesures concrètes » de soutien.

Dans le texte envoyé aujourd’hui à l’agence Lusa, et qui a été approuvé à l’unanimité vendredi lors d’une assemblée générale tenue à l’Association humanitaire des pompiers volontaires portugais, la Fédération a déclaré qu’elle demandera à la Ligue des pompiers portugais de programmer un congrès extraordinaire pour une réunion conjointe position des pompiers portugais « si le gouvernement ne définit pas des mesures d’accompagnement concrètes et objectives ».

La Fédération des pompiers du district de Porto a exigé que les mesures de soutien annoncées par l’exécutif d’António Costa pour le secteur des transports soient étendues aux associations humanitaires et a déclaré qu’elle souhaitait que le ministère de la Santé, par l’intermédiaire de la Ligue des pompiers portugais, révise « très urgent » les co-paiements du SNS pour le transport des malades.

Cette fédération qui représente les corporations du district de Porto souhaite également que le secrétaire d’État aux Infrastructures exonère « définitivement » tous les véhicules au service des sapeurs-pompiers des péages et en appellera au gouvernement « pour l’urgente nécessité de mesures conduisant à la restitution de la valeur de la TVA et des FAI payés par les associations humanitaires lors de l’achat de carburant ».

« Exiger de LBP [Liga dos Bombeiros Portugueses] à articuler avec l’ANEPC [Autoridade Nacional de Emergência e Proteção Civil]par le biais de l’instrument juridique «directive financière», de sorte que le remboursement intégral du montant effectif dépensé en carburants dans le DECIR soit assuré [dispositivo especial de combate a incêndios rurais] et DIOPS [dispositivo integrado de operações de proteção e socorro] par les entités propriétaires des pompiers », est une autre des revendications.

La Fédération des pompiers du district de Porto a également déclaré qu’il était nécessaire de « sensibiliser l’administration régionale de la santé et les centres hospitaliers à la nécessité de plus en plus pressante de régulariser les paiements mensuels aux associations humanitaires de pompiers volontaires », soulignant que sans ceux-ci la situation actuelle « va s’aiguiser drastiquement ».

Le gouvernement a annoncé lundi la création d’une ligne de crédit de 400 millions d’euros pour les entreprises les plus dépendantes de l’énergie et du carburant.

L’annonce a été faite à Lisbonne, lors d’une conférence de presse conjointe sur le nouveau soutien gouvernemental dans le contexte du conflit en Ukraine.

A la même occasion, le ministre de l’Economie, Pedro Siza Vieira, a annoncé que le transport de marchandises jusqu’à 3,5 tonnes et TVDE bénéficieront d’une aide de 30 centimes par litre de carburant en raison de la hausse des prix de l’énergie.

Dans la motion rendue publique aujourd’hui, les pompiers du district de Porto ont regretté qu' »à ce jour, aucune mesure de soutien aux associations humanitaires ne soit connue » et ont ajouté que l’exécutif socialiste « a défini des mesures de soutien appliquées au secteur des transports, hors transport de malades ».

« Le transport des malades est actuellement une activité déficiente pour les associations. Il est destiné à éviter à tout prix la réduction ou l’éventuelle annulation temporaire de la fourniture de ces services », lit-on dans le texte.

Dans la motion, la fédération rappelle enfin que « la crise pandémique et la guerre en Ukraine ont encore fragilisé la gestion des maigres ressources financières des associations humanitaires de sapeurs-pompiers volontaires ».

PFT // SSS