« L’Antram [Associação Nacional de Transportadores Públicos Rodoviários de Mercadorias] il quitte cette réunion plus impatient que ce à quoi il est entré, car Antram a porté à l’attention du gouvernement un ensemble de mesures et de propositions qui, selon lui, atténueront l’impact de l’augmentation du carburant sur ces entreprises », a-t-il averti le Lusa porte-parole de l’association, André Matias de Almeida, après avoir rencontré le ministre des Infrastructures et du Logement, Pedro Nuno Santos.

Selon André Matias de Almeida, le gouvernement programmera une nouvelle réunion « dans la semaine qui vient environ », après analyse des propositions présentées par Antram.

« Il n’y a toujours pas de jour fixe. [Sobre] les propositions qui ont été prises, il a été laissé au Gouvernement de les analyser, de les étudier et de pouvoir les approfondir. Il reprendra contact avec l’Antram pour programmer cette rencontre », a-t-il indiqué.

Il restait au gouvernement à étudier le sujet et à comprendre l’impact budgétaire qu’il pourrait avoir sur le secteur et les mesures qu’il « peut accueillir », selon le porte-parole de l’Antram.

En revanche, André Matias de Almeida a expliqué que l’association a quitté la réunion avec appréhension quant à l’avenir des entreprises de transport, rappelant que les prix des carburants « ne s’arrêteront pas ».

Concernant les mesures présentées au gouvernement, le porte-parole de l’Antram a indiqué qu’il ne voulait pas révéler pourquoi « cela va apporter du bruit », qui, selon lui, « est préjudiciable au travail du gouvernement et au travail des institutions ».

Entre autres, Antram propose une différenciation positive de la taxe de circulation unique (IUC) pour les véhicules plus respectueux de l’environnement, pour ceux à zéro émission et certaines exonérations fiscales ou totales pour les véhicules électriques.

« Nous voulions que le gouvernement accommode d’une manière ou d’une autre ces mesures, ce qui aiderait également ces entreprises à s’adoucir et à réduire l’impact que les prix du carburant ont eu », a-t-il réitéré.

André Matias de Almeida a ajouté qu’il ne serait pas surpris si des entreprises privées, de leur propre initiative, « prenaient des mesures de protestation plus véhémentes et musclées », comme des arrêts de bus et des klaxons.

« Cela ne m’étonnerait pas, car ces entreprises sont à la limite et ce serait, en quelque sorte, une démonstration de la souffrance qu’elles ont endurée en silence tout ce temps », a-t-il noté.

L’extraordinaire augmentation des recettes de TVA résultant de la hausse des prix des carburants sera restituée chaque semaine par une réduction de la taxe sur les produits pétroliers (ISP), a déclaré aujourd’hui le Premier ministre.

En réponse aux questions des journalistes, après avoir quitté le Panthéon national, à Lisbonne, António Costa a fait valoir que la situation mondiale actuelle de hausse des prix de l’énergie doit être gérée « avec prudence », sans changer la priorité définie par le gouvernement « de ne pas subventionner fiscalement les carburants ”.

« S’il y a eu une augmentation des prix, cela se traduit par une augmentation des recettes de TVA. Par conséquent, ce que nous faisons, c’est rendre aux Portugais cette augmentation des recettes de TVA grâce à une réduction du FAI. Nous ne faisons que réduire le FAI car c’est le moyen techniquement le plus simple de restituer rapidement aux Portugais les revenus extraordinaires que nous avons », a-t-il déclaré.

António Costa a déclaré que cela a déjà été fait cette semaine et sera répété : « Nous continuerons à évaluer l’évolution des prix et, chaque fois qu’il y aura une augmentation des recettes de TVA attribuée à cette augmentation de prix, nous procéderons à ce retour chez ISP. quartier général ».

« Nous le restituerons chaque semaine, en fonction de l’évolution du prix et des recettes de TVA extraordinaires, via l’ajustement du FAI », a-t-il ajouté.

JML (IEL) // RBF

Le contenu Crise/Energia : Antram est « plus impatient » après avoir présenté des propositions au gouvernement apparaît d’abord dans Visão.