Cette priorité « immédiate » donnée par le gouvernement portugais à la ratification parlementaire de cet accord au sein de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) – ainsi que le cadre législatif respectif sur la circulation et les diplômes universitaires – a été transmise par António Costa dans des déclarations aux journalistes. sur les travaux du sommet de Luanda.

« L’engagement que le Portugal assume est que, dès la réouverture des travaux de l’Assemblée de la République, nous présenterons cet accord pour ratification ainsi que le cadre législatif qui accélérera à la fois la circulation et la reconnaissance des qualifications. [académicas], parce que c’est fondamental pour la vie des gens », a déclaré le chef de l’exécutif portugais.

Devant les journalistes, le Premier ministre a tenté de souligner les conséquences en termes de citoyenneté résultant de l’adoption de cet accord pour faciliter la circulation des personnes dans l’espace lusophone.

« La signature de cet accord de mobilité créera, une fois pour toutes, un véritable pilier de citoyenneté dans le cadre de la CPLP, permettant une circulation facilitée entre tous les États membres, la reconnaissance des formations académiques et la portabilité des droits à la Sécurité sociale. Ce sont des choses qui ont à voir avec la vie quotidienne des gens », a souligné le chef de l’exécutif portugais.

António Costa a ensuite évoqué les problèmes qui existaient dans le passé entre les pays lusophones, à savoir entre le Portugal et le Brésil.

« Avec cet accord, nous n’avons plus la crise des dentistes brésiliens au Portugal [na década de 80 do século passado], ou, plus récemment, d’ingénieurs portugais au Brésil », a-t-il souligné.

Par la suite, António Costa a modéré les attentes dans des termes plus immédiats, affirmant qu’à Luanda, cet après-midi, « un accord-cadre sera signé qui nécessite encore des développements » et un travail diplomatique.

Dans des déclarations faites aux journalistes, le Premier ministre a également salué les priorités assumées par la nouvelle présidence angolaise de la CPLP, soulignant l’objectif de « coopération économique et commerciale ».

« C’est un pilier fondamental de la CPLP », a-t-il souligné.

Interrogé sur la volonté politique de tous les États membres d’aller de l’avant, le chef de l’exécutif a estimé qu’« en ce moment, il y a une totale harmonie », évoquant à nouveau, à cet égard, la question de la liberté progressive de circulation dans l’espace lusophone.

« Lorsque nous avons lancé cette idée en 2016, il y avait certains pays qui avaient une forte opposition, mais maintenant nous avons trouvé un cadre flexible. Peut-être que nous n’allons pas tous marcher en même temps, mais je pense que ça va être contagieux. Dès que le premier pas sera fait – et le Portugal fera certainement le premier pas – tout le monde le fera aussi, ce qui est essentiel pour que la CPLP ne soit pas seulement un espace de concertation politique, un domaine dans lequel nous avons eu de grands succès », a-t-il préconisé.

Dans ce chapitre, António Costa a évoqué, à titre d’exemple, la première élection d’António Guterres au poste de Secrétaire général des Nations Unies en 2017, « qui a grandement bénéficié de l’existence de la CPLP et de l’articulation pluricontinentale qui s’est alors réalisée. entre les différents pays ».

« Ensuite, je comprends que la coopération économique et commerciale a une énorme marge de progression – et le besoin que nous avons tous de reprise économique est très important. Il y a également eu un grand effort de solidarité dans cette phase de lutte contre la pandémie de covid-19, que ce soit en termes d’appui technique ou de partage de vaccins. Mais il est essentiel que la CPLP fasse partie de notre quotidien à tous, non seulement avec les feuilletons, la musique et la littérature, mais aussi dans notre capacité à circuler », a-t-il ajouté.

L’accord de mobilité devrait être approuvé aujourd’hui lors du XIIIe sommet de l’organisation lusophone.

L’Angola, le Brésil, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, la Guinée équatoriale, le Mozambique, le Portugal, São Tomé et Príncipe et le Timor oriental sont les neuf États membres de la CPLP, qui fête aujourd’hui ses 25 ans.

FAQ // MV

Le contenu CPLP: Costa annonce que le Portugal ratifie l’accord de mobilité en septembre apparaît en premier à Visão.