«Nous travaillons dans un secteur qui ne travaille pas dans le« take-away », le télétravail ou la« livraison »», a déclaré Álvaro Covões, soulignant que le secteur culturel a besoin d’un «bazooka» de soutien.

«Nous recueillons des chiffres, car les ventes de facturation en décembre ont clôturé il y a deux jours, mais tout indique que notre baisse en 2020 était de 80%», a-t-il souligné.

« Bien que l’on pense que le secteur culturel pourrait fonctionner, la vérité est que, depuis juin, les installations culturelles sont limitées à 50% de leur capacité », a-t-il ajouté.

« Nous vivons quelque chose de sans précédent dans notre secteur », a conclu Álvaro Covões, soulignant que la direction de l’APEFE ne se réunira que ce soir pour discuter des propositions du gouvernement.

Les spectacles ont commencé à être reportés ou annulés en mars, avant même que la fermeture des salles ne soit décrétée.

Selon les chiffres de l’APEFE, seulement entre la mi-mars et la fin avril, environ 27 000 spectacles ont été annulés, suspendus ou reportés.

Le 1er juin, les salles ont été autorisées à rouvrir, avec des sièges marqués et le respect des règles de distance physique, bien qu’à la fin du mois de mai, il était interdit d’organiser des «festivals et spectacles de même nature» jusqu’au dernier jour du 31 Décembre.

L’été s’est passé sans les festivals de musique, l’Association portugaise des festivals de musique (Aporfest) estimant une perte d’environ 1,6 milliard d’euros, contre les deux milliards originaires de 2019.

L’APEFE, pour sa part, avant même de calculer les chiffres du quatrième trimestre 2020, a attesté que le marché du spectacle avait enregistré une baisse de 87% entre janvier et octobre, par rapport à 2019, admettant que la baisse pourrait atteindre 90% , à la fin de l’année.

Les chiffres concordent avec ceux de deux plateformes de vente de billets de spectacles, au Portugal, Ticket Line et Blue Ticket, qui ont déclaré à Lusa avoir enregistré des pertes de plus de 80% dans leurs opérations, et une perte de chiffre d’affaires comprise entre 78% et 90%, dans les mois marqués par la pandémie.

Les associations et promoteurs de spectacles avaient prévu, pour aujourd’hui, une rencontre avec le Gouvernement, reportée à une nouvelle date, dans le but de présenter des propositions qui rendront viable la tenue de festivals et d’événements musicaux, dans le cadre du covid-19.

Aujourd’hui, le premier ministre a annoncé un nouveau confinement, et a évoqué jeudi l’annonce de mesures de soutien au secteur.

Lors d’une conférence de presse à Lisbonne, António Costa a déclaré que, jeudi, le ministre de la Culture et le ministre de l’Économie présenteront «un ensemble de mesures de soutien pour les secteurs particulièrement touchés».

Selon la décision du gouvernement, les installations culturelles devront fermer à partir de 00h00 vendredi, au Portugal continental, comme cela s’est produit en mars de l’année dernière.

En 2020, la paralysie de la Culture a commencé dès la deuxième semaine de mars, s’est rapidement étendue à tous les domaines et, fin 2020, entre «plan de déflation» et états d’urgence, le secteur a ajouté des pertes supérieures à 70% par rapport à 2019.

Le Portugal «reprendra le devoir de collecte à domicile», à partir de 00h00 vendredi, comme en mars et avril, a annoncé le Premier ministre, António Costa, lors de la conférence de presse, alertant sur cet être, simultanément , le moment «le plus dangereux, mais aussi le plus prometteur».

La semaine dernière, plusieurs structures de la Culture ont annoncé la nomination d’une manifestation nationale pour le 30, mettant en garde contre ce qu’elles considèrent comme le manque de réponses du gouvernement face aux «conséquences dévastatrices de la pandémie».

CP (SS) // MAG

Le contenu de Covid-19: Un nouveau confinement aggrave la tragédie – Les promoteurs de l’émission apparaissent en premier dans Visão.