Le président de Turismo do Algarve, João Fernandes, a qualifié aujourd’hui de « politique » la décision du Royaume-Uni de retirer le Portugal de la « liste verte » des voyages, imposant une quarantaine à partir de mardi à ceux qui arrivent sur le territoire britannique.

« C’est une décision que le gouvernement britannique a prise comme une question de politique intérieure et non comme une question de risque », a déclaré le président de la région touristique de l’Algarve (RTA), soulignant que la justification donnée par les autorités britanniques « n’utilise pas Le Portugal comme référence » pour les infections au covid-19 et même Malte, « qui a une incidence de neuf cas pour 100 000 habitants, a été exclu » de la « liste verte ».

João Fernandes a reconnu que la décision britannique « a un impact clair sur la région », car le Royaume-Uni est le « principal marché d’origine » des touristes en Algarve, et a regretté « l’embarras » que la mesure provoque, « d’emblée pour ceux qui sont déjà là et doivent revenir après mardi, jour à partir duquel cette mesure prend effet ».

« On assiste déjà à une concentration des vols de rapatriement et à une annulation des vols pour la période suivante et des réservations d’hôtel également. Nous espérons que cette mesure sera revue au plus vite, car elle est totalement injuste », a-t-il estimé.

João Fernandes a également déclaré que l’Algarve avait « 100 000 mouvements de passagers d’origine britannique au cours des deux dernières semaines » et que, selon les données fournies par l’Administration régionale de la santé parmi les passagers britanniques, « il n’y avait qu’un record – et tous sont testé — six cas ».

« Six cas pour 100 000 habitants est un nombre bien inférieur à celui enregistré au Royaume-Uni lui-même, notamment parce que les Britanniques, avant de se rendre au Portugal, doivent faire un [teste] PCR », a-t-il ajouté.

Maintenant, a-t-il déclaré, la région doit « regarder vers l’avenir et continuer à parier sur d’autres marchés très demandés en Algarve, tels que les marchés allemand, français, irlandais, espagnol et néerlandais », qui « reconnaissent le Portugal comme une destination sûre. et la meilleure destination balnéaire au monde, selon la dernière reconnaissance des World Travel Awards ».

Le représentant considère que le Portugal peut revenir sur la « liste verte » lors de la prochaine réévaluation du gouvernement britannique, d’ici trois semaines environ.

« Même parce que, étant clairement une décision politique, parce que le gouvernement britannique a fait le pari qu’il conclurait d’ici le 21 juin son processus de déconfinement, il est logique que cette révision soit favorable à une ouverture à plusieurs pays, dont le Portugal », a-t-il soutenu.

João Fernandes a également laissé un avertissement aux touristes britanniques qui « reviennent maintenant pressés », notant qu’ils peuvent utiliser les quelque 130 sites de test covid-19 identifiés sur le site Web www.visitalgarve.pt, avant de se rendre à l’aéroport, pour faciliter contrôles et leur sortie du pays.

La décision de retirer le Portugal de la « liste verte » intervient trois semaines seulement après que le gouvernement britannique a pris une décision dans le sens inverse, créant des attentes positives dans l’Algarve et le tourisme national, qui sont désormais frustrés.

La pandémie de covid-19 a fait au moins 3 704 003 décès dans le monde, résultant de plus de 172 millions de cas d’infection, selon un bilan réalisé par l’agence française AFP.

Au Portugal, 17 029 personnes sont décédées sur 851 031 cas confirmés d’infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par le nouveau coronavirus SARS-CoV-2, détecté fin 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

MHC // ROC

Contenu Covid-19 : Le retrait du Portugal de la « liste verte » était une décision politique britannique, dit Turismo do Algarve qui apparaît en premier à Visão.