S’adressant à l’agence Lusa, le président de l’association nationale des restaurateurs PRO.VAR, Daniel Serra, a déclaré que les hommes d’affaires ont constaté que de nombreux clients ne portent pas le masque sur les terrasses.

«Ces derniers jours, nous avons vu ce qui se passait. Nous [associação] nous avons reçu cette inquiétude des établissements de restauration et du commerce en général. Dans la restauration, cela a à voir avec l’utilisation de masques et le fait que les clients ne respectent pas la commande, et de nombreux entrepreneurs demandent que, chaque fois qu’ils ne consomment pas, gardez le masque. (…) Pour cette raison, nous demandons d’urgence une clarification des règles afin d’éviter un revers dans le manque de définition », a-t-il déclaré.

Selon Daniel Serra, les hommes d’affaires sont incapables d’imposer l’utilisation du masque.

«Un tiers des établissements fonctionnent et les deux tiers attendent le 19 avril et le 3 mai pour pouvoir revenir à la normale et il y a là une préoccupation générale. Les entrepreneurs ont le cœur entre les mains car ils sont incapables d’imposer ce problème et de nombreux clients finissent presque inconsciemment par ne pas s’y conformer », a-t-il souligné.

Pour cette raison, PRO.VAR demande au gouvernement et aux autorités sanitaires de clarifier les règles de restauration et de commerce en général, à savoir l’obligation de les exposer à l’entrée des établissements.

«Nous demandons que le commerce en général et les établissements de restauration aient l’obligation d’avoir une indication des règles covid dans les établissements et cela n’existe pas. Il est plus facile pour l’entrepreneur de faire respecter s’il est affiché. On parle aussi du point de vue de la concurrence: si c’est une obligation, tout le monde doit s’y conformer de la même manière, il n’y a pas de concurrence déloyale. Certains se conforment, d’autres non et les choses ne fonctionnent pas », a-t-il expliqué.

Selon Daniel Serra, des informations importantes telles que la capacité, les règles de base pour l’utilisation du masque et la désinfection des mains doivent être affichées.

«Fondamentalement, il y a des règles de base que nous demandons. Que tous les établissements étaient obligés de communiquer pour que cette mise en œuvre soit plus facile et qu’il y ait un manque naturel de définition et qu’il n’y ait pas de départ ici. Les entrepreneurs demandent un équilibre entre le contrôle de la pandémie et l’économie. Nous ne voulons pas revenir à une situation antérieure ici. Il y a 13 mois d’énormes difficultés auxquelles le secteur est confronté et il serait catastrophique de le confiner à nouveau », a-t-il déclaré.

Dans le cadre de la deuxième phase de déflation due à la pandémie de covid-19, qui a débuté lundi, des restaurants, pâtisseries et cafés avec terrasse ont rouvert, mais avec des groupes limités à un maximum de quatre personnes par table, se terminant à 22 : 30 du lundi au vendredi et à 13h00 le week-end.

La décision de procéder à la deuxième phase du plan gouvernemental a été prise vendredi en Conseil des ministres, après avoir analysé la situation de la pandémie au Portugal, en particulier l’indice de transmissibilité (Rt) du virus SRAS-CoV-2 et le taux d’incidence des nouveaux cas de covid-19.

Dans cette seconde phase de manque de définition, les gymnases ont également rouvert, mais toujours sans cours collectifs, et les élèves des 2e et 3e cycles ont repris les cours en présentiel.

La pandémie de covid-19 a causé au moins 2 862 002 décès dans le monde, résultant de plus de 131,7 millions de cas d’infection, selon un rapport de l’agence française AFP.

Au Portugal, 16 887 personnes sont décédées des 824 368 cas d’infection confirmés, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

DD // SB

Le contenu Covid-19: Les restaurants concernés par le non-respect de l’utilisation de masques sur les terrasses apparaissent en premier à Visão.