1-1-e1669908198824-png
Table des matières

Covid-19: «Quiconque perce la clôture sanitaire va en prison» – Ministre angolais de la Santé

«Nous avons appelé les Angolais à respecter les mesures de l'état de calamité, ainsi que les mesures sanitaires, mais il y a des problèmes de prise de conscience de la dimension du problème auquel nous sommes confrontés. C'est la seule façon de comprendre que les gens, à la légère, percent les clôtures sans savoir qu'ils mettent eux-mêmes et d'autres personnes en danger », a déclaré Sílvia Lutucuta, lors d'une conférence de presse à Luanda.

Cette semaine, l'Angola a annoncé les premiers cas d'infection par Covid-19 à l'extérieur de Luanda, dans la province de Cuanza Norte, en raison de la rupture de la barrière sanitaire.

«Nous n'allons pas dire qu'il y a une vulnérabilité dans la clôture. Nous avons des frontières entre les provinces, nous avons des chemins (sentiers). Cela dépend de la conscience de la personne, la personne doit se rendre compte qu'elle n'a pas à percer la clôture sanitaire et elle doit bien connaître les mesures qui sont prises contre ceux qui la percent », a souligné le ministre, ajoutant que la conscience des citoyens est ce qui dicte. , en partie, la vulnérabilité.

"Quiconque enfreint la clôture sanitaire sera sévèrement puni, des personnes sont déjà arrêtées, elles sont jugées sommairement", a averti le ministre, soulignant que "personne ne restera impuni".

Le ministre a déclaré que l'enquête sur la clôture sanitaire dans le quartier Hoji Ya Henda devait commencer samedi, la clinique Multiperfil de la province de Luanda restant.

Il a également indiqué que lorsqu'une clôture est érigée, une évaluation des risques est effectuée, garantissant qu'en plus de la situation sanitaire, le gouvernement a également évalué la situation sociale dans la région de Hoji Ya Henda, qui est «précaire et difficile», en continuant à maintenir surveillance.

"Rien ne peut nous dire qu'avec ou sans clôture, il n'y aura pas de cas, mais nous pouvons garantir que, en termes de santé publique et de surveillance épidémiologique, les mesures recommandées ont été prises", a déclaré Sílvia Lutucuta.

Répondant aux questions des journalistes, le ministre a évalué positivement le travail de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a «soutenu tous les pays» et «fait de son mieux», même s'il a été «pris par surprise» .

«L'OMS n'a pas été laissée de côté des difficultés et des défis auxquels nous devons faire face (…), mais elle fait de son mieux», a-t-il souligné, considérant que l'organisation avait une «attitude d'humilité» et a reconnu que les lignes directrices (…) doivent toujours être évalué dans le contexte de chaque pays.

L'Angola a annoncé aujourd'hui six nouvelles infections par le nouveau coronavirus, portant le nombre total de cas à 172.

En Afrique, il y a 7 538 décès confirmés dans près de 281 000 personnes infectées dans 54 pays, selon les statistiques les plus récentes sur la pandémie du continent.

Parmi les pays africains qui ont le portugais comme langue officielle, la Guinée équatoriale est en tête du nombre d'infections et de décès (1 664 cas et 32 ​​décès), suivie par la Guinée-Bissau (1 541 cas et 17 décès), le Cap-Vert (849 cas et huit morts), São Tomé et Príncipe (683 cas et 12 morts), le Mozambique (668 cas et quatre morts) et l'Angola (172 infectés et huit morts).

RCR // JLG

Articles récents