L'Association portugaise pour la défense des œuvres audiovisuelles (FEVIP) a averti aujourd'hui que plus de la moitié des salles de cinéma pourraient fermer d'ici la fin de l'année s'il n'y a pas de mécanismes de soutien face à la pandémie de covid-19.

"Nous traversons une période sombre, dont personne n'est responsable, et nous devons trouver des solutions, qui nous permettront de surmonter cela, sous peine de fermeture", a déclaré aujourd'hui à Lusa le directeur général de la FEVIP, António Paulo Santos.

Selon une résolution du Conseil des ministres, entrée en vigueur mercredi, les installations culturelles – y compris les cinémas – situées dans 121 municipalités du Portugal continental soumises à un confinement partiel fermeront à 22h30.

La décision couvre une grande partie des 544 cinémas du circuit des expositions, car ils sont principalement concentrés dans les quartiers de Lisbonne (144), Porto (90), Setúbal (48) et Braga (40), selon les données de l'Instituto do Cinema e Audiovisuel (ICA).

«Si ces entreprises ferment, et que l'on parle de plus de 50% des cinémas qui peuvent fermer jusqu'à la fin de l'année, nous n'avons plus une offre éclectique et culturelle sur le territoire national et que les Portugais aiment voir», a prévenu le directeur général de la FEVIP.

Pour répondre à cette fermeture, les exposants ont supprimé les dernières séances journalières ou horaires prévus vers 20 heures, ce qui, selon la FEVIP, affecte «la seule séance rentable».

António Paulo Santos ne remet pas en cause la décision du gouvernement, bien qu'il la juge incongrue, car elle appelle à la fois les Portugais à rester chez eux et garantit que l'activité culturelle se poursuit, mais seulement jusqu'à 22h30.

«Cette incongruité a des répercussions et est perverse – je ne suis pas contre le gouvernement -, mais il faut penser à tout l'écosystème. (…) Cela prend fin et maintenant nous trouverons des mesures de soutien pour le secteur, de sorte qu'à sa réouverture, il continuera à fonctionner et lui permettra de survivre pendant la période de fermeture », a-t-il déclaré.

António Paulo Santos rappelle les «coûts très élevés» d'exposer au Portugal et appelle à des mesures telles que des financements avec des taux d'intérêt bas pour les sociétés exposantes et une application efficace de la flexibilité des loyers de location d'espaces, principalement dans les centres commerciaux.

«Il n'y a pas de soutien pour le cinéma, ils peuvent recourir au« licenciement », il y a une législation pour les locations flexibles, mais elle ne peut pas être appliquée dans la pratique, et on parle de locations de plus de cent mille euros par mois. Pour vous donner une idée, si je montre un film dans une salle, seulement à la lumière dépensé environ trois mille euros. Habituellement dans un théâtre aujourd'hui, si vous gagnez 500 ou 600 euros au box-office, c'est beaucoup », a-t-il illustré.

Selon les données les plus récentes de l'Instituto do Cinema e Audiovisual (ICA), jusqu'en septembre, il y a eu une baisse de 71% par rapport à 2019, à la fois en nombre de téléspectateurs et en recettes au box-office, surtout depuis mars.

La reprise des revenus et des téléspectateurs a été progressive, mais bien en deçà des statistiques de l'année dernière.

Selon l'ICA, jusqu'en septembre, les salles de cinéma ont enregistré 3,2 millions de téléspectateurs, contre 11,5 millions à la même période en 2019.

Big Pictures 2 Films, Cinemundo, NOS Lusomundo Audiovisuais, NOS Comunicações, Pris Audiovisuais, SportTV, Lanterna de Pedra Filmes, Associação sont membres de l'association FEVIP – qui ne représente pas tous les exposants et distributeurs portugais. des sociétés de production et de distribution de jeux vidéo et de l'Association pour la gestion du droit d'auteur, des producteurs et des éditeurs.

L'agence Lusa a également tenté, sans succès en temps voulu, d'obtenir des éclaircissements de l'Association portugaise des sociétés portugaises de sociétés cinématographiques.

SS // TDI

Contenu Covid-19: plus de la moitié des cinémas à risque de fermeture apparaissent en premier dans Vision.