Selon le bilan le plus récent de l'entreprise publique Pró-Empresa, chargée de la gestion du soutien aux entreprises capverdiennes dans le contexte de la pandémie, 812 demandes d'adhésion d'entreprises au régime simplifié de licenciement, portant sur 15974, ont été approuvées depuis avril ouvriers.

Avec cette mesure gouvernementale, appliquée pour atténuer les effets de la crise économique provoquée par la pandémie de covid-19, les travailleurs reçoivent 70% de leur salaire brut, qui est payé à parts égales par l'employeur et l'État, via l'Institut national de la sécurité sociale. (INPS).

Dans le dernier bilan de la mesure, il est indiqué que l'INPS 172 millions d'escudos (1,6 million d'euros) a déjà été versé à 13 641 travailleurs.

La suspension du contrat de travail, dans ce sens et valable pour toutes les entreprises, a commencé à s'appliquer en avril, lorsque la première période d'état d'urgence a été décrétée au Cap-Vert, et a duré jusqu'au 30 juin.

Le nom de modèle simplifié de «  licenciement '' est entré en vigueur le 1er juillet, étant valable jusqu'au 30 septembre, désormais uniquement pour les entreprises avec une baisse de 40% du chiffre d'affaires, et il est toujours interdit de procéder à des licenciements jusqu'à pratiquement la fin de l'année.

Le vice-Premier ministre du Cap-Vert, Olavo Correia, a admis fin juillet que la pandémie de covid-19 mettait 150 000 emplois dans l'archipel «en péril», nécessitant une intervention «très forte» de l'État pour enrayer chômage «de masse».

«Le taux de chômage pourrait doubler au Cap-Vert, en raison de l'impact de la pandémie de covid-19. Nous employons actuellement environ 206 000 personnes. Environ 150 000 emplois sont menacés », a déclaré Olavo Correia, qui est également ministre des Finances.

Le taux de chômage au Cap-Vert avant le début de la pandémie de covid-19 était d'environ 11%, mais la prévision actuelle du gouvernement pointe à 20% d'ici la fin de l'année, en raison des effets de la crise dans le secteur du tourisme, qui garantit 25% du produit intérieur brut du pays, alors que l'archipel est fermé aux vols internationaux depuis le 19 mars.

Parmi les mesures politiques qui «visent à la protection et à la création d’emplois», Olavo Correia a souligné le «licenciement», qui a débuté en avril. C'est la mesure qui a le plus de poids dans le budget rectificatif 2020, qui est entré en vigueur en août, avec environ 155 millions d'escudos (1,4 million d'euros) par mois, versés à une moyenne estimée à 11000 travailleurs suspendus. Contrat de travail.

Jusqu'au 31 août, le Cap-Vert comptait 3 884 cas de covid-19, avec 40 décès.

La pandémie de covid-19 a déjà fait au moins 847 071 morts et infecté plus de 25,2 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

PVJ // VM