Le président de la République a estimé aujourd’hui que la situation du Covid-19 au Portugal est « très loin » des chiffres de l’époque de l’état d’urgence et a refusé de commenter un éventuel recul du manque de confinement dans la région de Lisbonne.

Après une exposition au Musée national d’art contemporain, au Chiado, à Lisbonne, lorsqu’on lui a demandé si, compte tenu de l’évolution du covid-19, notamment dans la région de Lisbonne, il envisageait un retour à l’état d’urgence, Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré que « C’est au gouvernement de dresser un bilan » de la situation, mais il a fait valoir que « ce n’est pas la question », relativisant les chiffres de ces derniers jours.

Le chef de l’Etat a déclaré qu’il y a « un nombre élevé de cas » d’infection, « plus élevé certains jours, au-dessus d’un millier, plus ou moins au-dessus, d’autres jours en dessous d’un millier », mais avec « un nombre de décès stable, faible, sans comparaison avec ce qui se passait il n’y a ni mois ni un an ».

« Nous avons un nombre de soins intensifs qui se stabilise actuellement : c’était 97, donc, bien en deçà de la limite évoquée à l’époque, et qui pointait vers 200 ou 245. Nous avons un nombre de patients hospitalisés qui sont dans les 400 et tel : le numéro appelé la ligne rouge était entre 1250 et 1500 », a-t-il souligné.

Selon le Président de la République, « donc, là n’est pas la question – la question est : le Gouvernement, selon les critères qui sont retenus, viendra dire à la commune ce qui se passe ».

Marcelo Rebelo de Sousa a ajouté que sa position, contrairement à un retour à l’état d’urgence, « ne change pas » et que les chiffres qu’il a indiqués comme objectifs lorsque ce cadre juridique était en vigueur « sont ceux qui sont valables aujourd’hui ».

Interrogé sur ce qu’il fera si le gouvernement propose de recourir à nouveau à l’état d’urgence, le chef de l’État a répondu : « J’ai eu l’occasion de dire que nous sommes très loin des chiffres dont je parlais en termes d’état de l’état d’urgence renouvelé ».

« J’ai déjà eu l’occasion de dire quelle était ma position sur l’état d’urgence », a souligné le président de la République, face à la possibilité que le Portugal « revienne au confinement ».

Le président de la République a fait valoir qu’actuellement le nombre de nouveaux cas d’infection au nouveau coronavirus « n’a pas de conséquences sur la mortalité, contrairement à ce qui s’est passé lorsque le nombre était non seulement plus élevé mais aussi élevé qu’aujourd’hui » et aussi « ne avoir des conséquences dans le sens de l’étranglement du Service National de Santé (SNS) ».

Au Portugal, plus de 17.000 patients sont décédés du covid-19 et jusqu’à présent plus de 865 000 cas d’infection au nouveau coronavirus ont été signalés, selon le dernier bulletin de la Direction générale de la santé.

IEL // SF

Contenu Covid-19 : Nous sommes loin des numéros de temps d’état d’urgence, dit PR apparaît en premier dans Vision.