L’Ordre des médecins a exprimé aujourd’hui son appréhension face aux évolutions de la matrice des risques qui sous-tendent les nouvelles phases de déconfinement dues à la pandémie et défend l’inclusion de critères de gravité et de couverture vaccinale.

Dans un communiqué publié à la suite de la divulgation des nouvelles phases de déconfinement (à partir du 14) et de l’évolution épidémiologique récente, le président et la cellule de crise covid-19 de l’Ordre des médecins (OM) défendent qu’il faudrait inclure l’indicateur de transmissibilité et que le taux de positivité des tests et les critères de gravité, tels que les admissions dans les services et les soins intensifs, l’évolution temporelle et les décès, doivent également être pris en compte.

Ils suggèrent également la mise en place d’une couverture vaccinale (taux par tranche d’âge, 1ère dose et calendrier complet) et l’impact de la circulation de nouvelles variantes du virus.

Contrôle strict (tests et quarantaine) à l’entrée dans le pays de tous les voyageurs séjournant dans des sites à risque pour les nouvelles variantes, l’extension de la vaccination à l’ensemble de la population adulte et le calendrier de vaccination pour la population pédiatrique (<18 ans) avant début de la prochaine saison scolaire, en respectant les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé, sont d'autres suggestions présentées.

L’OM exprime également son incompréhension « pour l’usage exclusif des valeurs d’incidence de nouveaux cas pour 100 000 habitants, au cours des 14 derniers jours, pour justifier les mesures de déconfinement », comme les horaires d’ouverture du restaurant et la capacité des espaces publics.

Elle considère également que la définition des communes à faible densité retenue dans la matrice qui sous-tend les nouvelles phases de déconfinement repose « sur des critères de cohésion territoriale insuffisamment caractérisés et sans implications de santé publique ».

Dans le communiqué, l’OM suggère également que le dépistage soit encouragé, en particulier, pour toutes les personnes symptomatiques, y compris les jeunes et les enfants.

Le président et la Cellule de crise covid-19 de l’OM défendent les « dépistages périodiques, massifs et étendus de la population, centrés sur les non vaccinés » et affirment que le Portugal devrait « profiter de la présidence européenne pour définir des critères uniformes de déconfinement dans l’Union européenne ». , à savoir la mise en œuvre la plus rapide du passeport de vaccination à appliquer également aux résidents sur le territoire national ».

Ils appellent également l’ensemble de la population à respecter et à respecter les mesures de prévention et de contrôle des infections, à savoir l’utilisation de masques, l’hygiène des mains et la distance sociale.

SO // SB