Plus de 20 organisations européennes dans les secteurs du tourisme et de l'aviation ont demandé aujourd'hui à la Commission européenne de mettre fin à la «situation chaotique» des restrictions de voyage dues au covid-19 et d'établir un protocole de test pour l'UE.

L'appel intervient dans une lettre ouverte adressée à la présidente de l'exécutif communautaire, Ursula von der Leyen, dans laquelle les fédérations, associations et syndicats européens, représentant plus de 5000 membres, soulignent l'urgence de Bruxelles à prendre la tête de ce processus, face à la « le manque de coordination »et les« restrictions de voyage divergentes », qui menacent gravement les emplois de 27 millions d'Européens.

La lettre donne les données les plus récentes, qui montrent «une baisse continue du trafic passagers dans les aéroports européens au cours des deux premières semaines de septembre», avec une baisse de 73%, plus marquée que celle observée à la mi-août ( -65%).

«Cette situation chaotique nécessite votre implication personnelle immédiate. Nous vous exhortons donc à en faire une question prioritaire, et nous vous demandons de l'aborder directement avec les chefs d'État et de gouvernement de l'UE », lit-on dans la lettre ouverte envoyée à Von der Leyen.

Les organisations européennes de voyages, de transports et d'hospitalité suggèrent en particulier que la Commission européenne développe un «protocole d'essai» harmonisé pour les voyages dans l'UE, qui remplace et supprime les différentes restrictions de quarantaine actuellement mises en œuvre en Europe et permet la réouverture effective des frontières.

«Nous espérons que l'UE ne nous décevra pas», concluent-ils.

Le 4 septembre, la Commission européenne a déjà adopté une proposition visant à garantir que toutes les mesures décidées par les États membres qui restreignent la libre circulation en raison de la pandémie de covid-19 soient coordonnées et communiquées clairement au niveau de l'UE.

La proposition que l'exécutif communautaire a soumise au Conseil (États membres) prévoit qu'il existe des critères communs pour que les États membres édictent des restrictions de voyage, une cartographie de ces critères communs à l'aide d'un code couleur convenu entre 27, un cadre commun de mesures appliquées les voyageurs en provenance de zones à haut risque et des informations claires et opportunes au public sur les restrictions, qui doivent être annoncées une semaine à l'avance.

A l'occasion, Ursula von der Leyen a défendu le besoin de «plus de clarté et de prévisibilité» concernant les règles visant à restreindre la libre circulation dans l'Union européenne en raison de la pandémie de covid-19.

«La liberté de voyager à travers les frontières en Europe est l'un des avantages les plus notables pour les citoyens de l'Union européenne. Des millions de personnes dans l'Union y font confiance – y compris des travailleurs et des étudiants », a-t-il souligné.

ACC (IG) // JNM