Interrogé par des journalistes en marge d'une visite au zoo de Lagos, en Algarve, Marcelo Rebelo de Sousa a refusé de se «donner une note» pour son engagement en faveur de la visibilité du tourisme en Algarve, préférant mettre en avant le travail d'autres agents du secteur5.

"Qui aurait un très haut positif serait qui en Algarve a tout fait pour faire passer [le tourisme] de 0%, à 50% et dans certains cas à 60%", a déclaré le chef de l'Etat, ajoutant qu'il faut que cette note " être donné par les Portugais et les étrangers »qui font croître le tourisme en Algarve.

Le président de la République a mis en avant «les hommes d'affaires, les hôteliers, les ouvriers, les maires et la société civile» qui ont réussi à «démarrer les moteurs» et à récupérer les valeurs touristiques «nulles» à la fin du mois de juin, lorsqu'il a commencé des visites hebdomadaires au Région.

"Et zéro était vraiment zéro", a-t-il déclaré.

Mardi, avant un dîner avec les maires locaux, le chef de l'Etat avait souligné que, par rapport à ce qu'il avait vu "il y a quatre ou cinq semaines", la région est sur la bonne voie. "Lentement, mais nous sommes sur la bonne voie", a-t-il déclaré.

«Maintenant, nous sommes entre 40 et 50%. C'est une montée très rapide, mais il faut admettre qu'elle est encore peu comparée aux perspectives des années précédentes, mais c'est un très gros effort qui est fait », a-t-il dit, soulignant les efforts des maires de l'Algarve, qui« ne se sont pas arrêtés ». , ayant déjà présenté «son dossier de réclamation au gouvernement».

Mardi encore, Marcelo Rebelo de Sousa a annoncé qu'il «continuerait à suivre la situation» dans la région et qu'il «y aurait davantage de visites en août, septembre et octobre».

"Tout le monde sait que le président de la République accorde plus d'attention à l'Algarve qu'aux autres régions du pays, car le tourisme est d'une importance fondamentale dans l'économie de la région, en pourcentage, en emplois et dans la création de richesse et la contribution au pays", a-t-il déclaré.

Le chef de l'Etat a défendu que "des fonds spécifiques sont nécessaires pour la diversification" du secteur économique de l'Algarve, qui peut aller de "la recherche à l'université, au numérique, à la mer, à l'agriculture, à la connexion de l'industrie à l'agriculture et à la création de nouvelles". prestations de service".

"Nous avons tous la notion que tout cela est très important, mais il faut une colonne vertébrale qui ne faiblit pas, qui est le tourisme et il est essentiel qu'il se rétablisse", at-il souligné.

Depuis fin juin, le Président de la République s'est rendu dans les communes d'Albufeira, Vila Real de Santo António, Tavira, Loulé, Lagoa et Lagos, après avoir annoncé que «le week-end sera au tour de Silves».

PYD // SR