« L’année est encore pire que l’année dernière », a déclaré le président de l’APSTE, Pedro Magalhães, à l’agence de presse Lusa, en tenant compte du test obligatoire de covid-19 pour l’accès aux événements culturels et du panorama des annulations de spectacles.

L’APSTE a programmé mercredi une manifestation à Lisbonne, à partir du rond-point du Marquês de Pombal, contre la mesure décrétée par le gouvernement, de tests de diagnostic obligatoires pour que les spectateurs accèdent aux événements.

« Nous sommes favorables aux tests, mais pas de cette manière discriminatoire. Des tests de masse doivent être effectués, mais pour notre vie de tous les jours, aller au restaurant, aller dans un centre commercial, être avec d’autres personnes. (…) Les gens ne vont pas auditionner juste pour aller à un spectacle. Ils l’éviteront », a déploré l’APSTE.

Outre les pertes déjà calculées pour les sociétés audiovisuelles – qui fournissent le matériel des spectacles – Pedro Magalhães parle de « détresse » si le moratoire se termine en septembre, car les entités sont « très endettées », en raison d’investissements réguliers dans la rénovation des équipements. .

La manifestation organisée par l’APSTE est rejointe par d’autres associations du secteur culturel, à savoir l’Associação Espetáculo – Agents et producteurs portugais, APEFE – Association Promoteurs Spectacles, Festivals et Événements et APORFEST – Association Portugaise des Festivals de Musique.

« Il y avait quelques spectacles d’été, ils étaient programmés et encourageaient les entreprises, mais lorsque ce test obligatoire a été communiqué, de nombreux spectacles ont été annulés même de la part des communes, qui sont les principaux promoteurs de spectacles », a déploré le responsable de l’APSTE.

À l’été de l’année dernière, qui s’est déjà écoulé sans les festivals habituels, APORFEST a estimé une perte d’environ 1,6 milliard d’euros, en impact du secteur sur l’économie, contre les deux milliards originaires de 2019.

L’association a également regretté que la direction générale de la santé, avec laquelle elle a des réunions régulières depuis janvier, n’ait pas encore rendu publiques les conclusions des événements pilotes organisés en avril et mai à Braga, Coimbra et Lisbonne.

Ce mois-ci, l’Inspection générale des activités culturelles (IGAC) a précisé qu’il est « obligatoire » de réaliser des tests au covid-19 dans les manifestations culturelles, lorsque le nombre de spectateurs dépasse le millier, dans les spectacles en plein air, et 500, dans les espaces clos. .

L’APSTE a de nouveau organisé une manifestation après avoir occupé Terreiro do Paço, à Lisbonne, avec des boîtes noires pour transporter du matériel en 2020, et après avoir placé une bande centrale sur l’Avenida dos Aliados, à Porto, contre l’impératif des licenciements provoqués par le covid-19. .

SS(/JRS) // MAG

Contenu Covid-19 : les pertes des sociétés de spectacle dépasseront 2020 apparaît en premier dans Vision.