Les parents qui restent à la maison avec leurs enfants les 30 novembre et 7 décembre, en raison de la fermeture des écoles, auront des absences excusées mais perdront leur salaire, à moins que les employeurs ne leur accordent une allocation de temps.

À l'issue de la réunion de consultation sociale d'aujourd'hui, la ministre du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, Ana Mendes Godinho, a déclaré aux journalistes que l'extraordinaire soutien financier accordé aux parents qui ont dû rester à la maison avec leurs enfants pendant l'accouchement qui a commencé en mars en raison de la pandémie de covid-19 ne s'appliquent pas à la situation actuelle.

En d'autres termes, quiconque n'assiste pas au travail la veille des vacances du 01 et 08 décembre pour s'occuper des enfants, qui verront leurs écoles fermées, n'aura que leurs absences justifiées, perdant leur rémunération respective, sauf si les entreprises privées correspondent au Appel du gouvernement et décide d'attribuer une tolérance de point à leurs travailleurs.

Dans le cadre du règlement du dernier décret de l'état d'urgence, le gouvernement a annoncé samedi qu'à la veille des vacances des 1er et 8 décembre, il n'y aura pas de cours et la fonction publique aura la tolérance du temps et a appelé le secteur privé à se dispenser également de ces deux jours.

Le ministre du Travail a déclaré, lors d'une conférence de presse, que cette situation est différente de celle vécue en mars, avec la fermeture prolongée des écoles, donc il n'y a pas de soutien extraordinaire.

Ana Mendes Godinho a réaffirmé l'appel aux entreprises à accorder la tolérance à leurs salariés, contribuant ainsi à l'effort collectif pour «minimiser le risque de contagion pendant quatre jours».

"L'Etat en tant qu'employeur public a donné un signal, accordant une tolérance aux travailleurs de l'administration publique, afin qu'ils soient protégés", a-t-il rappelé.

Le responsable a souligné que le pays traverse une situation exceptionnelle, qui nécessite la mobilisation de tous et a rappelé que chacun doit assumer le rôle d'agent pour minimiser les risques de contagion du covid-19.

Mardi, le PSD a demandé une audition parlementaire urgente au ministre du Travail pour expliquer quel soutien sera disponible pour les familles qui doivent accompagner leurs enfants en cas de fermeture d'écoles en raison d'épidémies de covid-19.

Dans cette demande, le PSD a rappelé que «le gouvernement a décidé la fermeture, sur l'ensemble du territoire national, des activités d'enseignement et non pédagogiques des écoles, dans les prochains jours du 30 novembre et du 7 décembre, situation qui rendra impossible l'exercice pour la plupart des travailleurs. leur activité pour des raisons d'assistance aux enfants, et aucun soutien n'est en place ».

Le pays est en état d'urgence depuis le 9 novembre et jusqu'au 8 décembre, période au cours de laquelle il y aura des restrictions de circulation dans tout le pays pendant les longs week-ends et les couvre-feux dans les comtés les plus à risque de contagion.

RRA // MSF