"Les mesures restrictives qui affectent les deux prochains week-ends, en plus de la tolérance de points pour prolonger ces week-ends jusqu'aux vacances des 1er et 8 décembre, se traduisent par une forte contrainte par rapport à huit jours complets" , A déclaré CIP dans un communiqué.

"La situation est aggravée par la fermeture des écoles les 30 novembre et 7 décembre, ce qui pose un problème supplémentaire pour des centaines de milliers de parents qui devront assurer l'assistance nécessaire à leurs enfants", ajoute-t-il.

Pour la confédération, «l'annonce du gouvernement est d'autant plus sérieuse qu'elle est recommandée et elle évoque aux entreprises la possibilité de« suspendre les travaux »ces jours-ci (30 novembre et 7 décembre)».

"Dans une situation de baisse dramatique des revenus, le pays ne peut pas se permettre de perdre autant de jours de production, et il n'y a aucune base scientifique pour justifier la fermeture générale des entreprises", estime l'association patronale.

Le gouvernement a annoncé samedi des mesures visant à contenir la pandémie de covid-19 pendant la nouvelle période d'état d'urgence, qui sera en vigueur entre 00h00 le mardi 24 novembre et 23h59 le 8 décembre.

Le couvre-feu continuera de s'appliquer dans les communes les plus à risque de transmettre le nouveau coronavirus entre 23h et 5h en semaine et, pour un groupe plus limité de communes (127), entre 13h et 17h. : 00 les week-ends et jours fériés des 1er et 8 décembre.

La veille des vacances, les établissements commerciaux seront fermés à partir de 15h00 dans ces 127 comtés.

Sur tout le territoire continental, il sera interdit de circuler entre les communes entre 23h le 27 novembre et 5h le 2 décembre et entre 23h le 4 décembre et 23h59 le 8 décembre.

La veille des vacances, il n'y aura pas de cours et la fonction publique aura une tolérance de points. Le gouvernement a appelé le secteur privé à licencier également les travailleurs pendant ces deux jours.

«Dans une période aussi difficile que celle que nous traversons, il est essentiel que le gouvernement se rende compte que les entreprises portugaises ont des engagements à honorer – avec les travailleurs et avec les clients – et l’exercice de cette responsabilité est déterminant pour le Portugal», conteste le CIP, estimant les entreprises ferment, une partie vitale du pays ferme avec elles ».

«Il faut éviter à tout prix ce scénario», se défend-il, soulignant que «d'autres solutions auraient dû être envisagées» comme «la célébration des éphémérides lundi».

Dans la déclaration, le CIP déclare également que le niveau de soutien de l'État aux entreprises portugaises se poursuit, "en plus d'être très chronophage, également bien en deçà de celui de ses homologues européens".

«L'aide gouvernementale aux entreprises ne peut pas être ponctuelle et découpée. Elle doit être immédiate, forte et bien pensée », soutient-il.

Après avoir souligné que «le CIP et les entreprises portugaises restent pleinement engagés dans la lutte nationale contre le covid-19», la confédération indique que «l'implication des partenaires sociaux dans la prise de décision est absolument essentielle, car elle ajoute les connaissances nécessaires aux décisions des problèmes ».

"Malheureusement, les décisions prises hier par le gouvernement manquent de ce soutien et de ce raisonnement", dit-il.

EO // ROC

Le contenu de Covid-19: les nouvelles mesures restrictives «sont incohérentes» et nuisent aux entreprises apparaît en premier dans Vision.