Le président de l’Association des parents et tuteurs (APEE) de l’école primaire et maternelle du 1er cycle du Monténégro (Faro) a déploré à Lusa que les parents aient été « pris par surprise », sans savoir « comment ils vont s’y prendre ». jours », suggérant que la décision aurait dû être communiquée « vendredi » pour donner aux parents le temps de se préparer.

Selon João Geraldes, certains tuteurs ont exprimé leur « étrangeté » devant le fait que l’école maternelle « continue de fonctionner, lorsque les 1er et 2e cycles sont renvoyés à la maison », en vertu d’une décision qui couvre les cinq municipalités des attractions touristiques du centre de l’Algarve : Faro , Olhão, Albufeira, Loulé et São Brás de Alportel.

Tenant compte du fait que la suspension des cours pendant 12 jours prend fin précisément au premier jour de vacances défini dans le calendrier scolaire, le 9 juillet, l’association se demande si l’année scolaire sera considérée comme terminée, laissant cependant planer le doute sur n’y aurait pas de cours avec des « évaluations prévues pour cette semaine ».

Le responsable a ajouté que, « depuis hier [domingo] la nuit », les structures représentatives des parents ont essayé de comprendre ce qu’ils peuvent faire, même s’ils savent déjà que les cours en ligne, dans la plupart des cas, « ne commenceront que le mardi ».

Dimanche après-midi, l’autorité sanitaire de l’Algarve a annoncé la décision de passer à l’enseignement non présentiel, à partir d’aujourd’hui jusqu’à la fin de l’année scolaire, dans les écoles de 1er et 2e cycle de ces cinq municipalités, en raison de la «gravité épidémiologique de la situation. ”.

Le président de l’APEE de l’école élémentaire Lejana (Faro) a également déclaré que, bien qu’ayant été « pris par surprise », les parents des élèves de cette école « ne s’indignent pas de la situation », soulignant que « beaucoup sont originaires de la région de santé et, voyant l’évolution de la situation, ils se sentent plus en sécurité » ainsi.

«Bien sûr, il est difficile d’avoir une réorganisation pour aujourd’hui alors que nous n’avons appris la suspension qu’à 21 heures hier soir. [domingo]», a souligné Sandra Costa e Espada, interrogée sur les contraintes de réorganisation des activités scolaires en si peu de temps.

L’APEE du groupe scolaire Professeur Paula Nogueira (Olhão) a assumé, dans un communiqué, sa « perplexité » face à la situation, qui, selon elle, « ne profitera à aucune des parties concernées, qu’il s’agisse d’étudiants, de tuteurs ou d’enseignants ».

Considérant que le passage à un nouveau régime d’enseignement sera « un choc pour les enfants », cette structure a assumé « frontalement contre la prolongation de l’année scolaire jusqu’au 8 juillet », exigeant la « fin immédiate de l’activité d’enseignement ».

La propriétaire d’un centre d’activités Tempos (ATL) à Faro a révélé à Lusa qu’elle avait pris connaissance de la déclaration par le biais de « partages sur les réseaux sociaux » dimanche après-midi, après avoir contacté certains groupes qui « ne connaissaient pas encore » l’existence du document .

Pour Ana Duarte, n’étant pas un établissement d’enseignement, le document « ne les couvre pas », a-t-elle souligné, précisant qu’elle avait tenté dans la matinée de contacter la Sécurité sociale, l’entité qui encadre son activité, pour savoir s’ils peuvent « ouvrir ou pas ».

« Jusqu’à présent, officiellement je n’ai rien pour indiquer que je dois fermer, mais nous n’avons pas non plus à nous substituer à l’école et je n’encouragerais pas les enfants à s’absenter, puisque leur obligation est désormais d’être à l’école, que ce soit en personne ou ‘en ligne’ », a-t-il déclaré.

La responsable a également déclaré qu’elle ne savait pas si l’ATL pouvait être ouverte, arguant que cela n’avait aucun sens « de forcer les écoles à fermer et à garder tout le reste ouvert », à savoir les structures où se trouvent des étudiants de « divers établissements d’enseignement ».

S’adressant à Lusa aujourd’hui, le délégué d’Algarve Health a déclaré que la décision avait commencé à être examinée samedi matin, car de plus en plus de chambres étaient « isolées », mais l’articulation entre toutes les structures impliquées a pris du temps et les autorités ont voulu « profiter de de la pause » des cours du week-end.

Interrogée sur le fait qu’il y a des ATL qui ont choisi de ne pas démarrer d’activités aujourd’hui, Ana Cristina Guerreiro a reconnu qu’elle était au courant de la situation, qu’elle a attribuée à d’éventuelles « difficultés d’organisation », soulignant qu’elles pourraient alors ouvrir, « répondant aux besoins des gens ”.

La région de l’Algarve a le taux de transmission (Rt) du virus SARS-CoV-2 le plus élevé du pays, avec 1,3, selon les données publiées vendredi par l’Institut national de la santé, le docteur Ricardo Jorge (INSA).

La pandémie de covid-19 a fait au moins 3 919 801 victimes dans le monde, résultant de 180 725 470 cas d’infection officiellement diagnostiqués, selon le bilan réalisé par l’agence française AFP.

Au Portugal, 17 084 personnes sont décédées et 874 547 cas d’infection ont été confirmés, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

PYD // MAD

Contenu Covid-19: les associations de parents d’Algarve surprises par la suspension de l’école du dimanche apparaissent en premier à Visão.