Intitulé « Face à la pandémie, assurer la survie », le plan est présenté par l’Association des hôtels, de la restauration et des services similaires du Portugal (AHRESP) comme une « dernière tentative pour sauver les secteurs les plus touchés » par la crise pandémique.

Le plan, rendu public aujourd’hui, prévoit 10 mesures, défendant en tête le remplacement du programme IVAucher récemment lancé par un « 50 % de remise directe », appliqué directement au moment de la consommation et sans limite d’utilisation.

Cette solution, fait valoir l’AHRESP, permettrait de s’affranchir du fait qu’IVAucher n’a pas d’accès direct et universel, « ce qui pourrait en limiter la portée ».

Dans la lignée de la récente décision du Gouvernement d’autoriser les restaurants à servir des repas au-delà de 15h30 dans les communes à haut et très haut risque, à condition que les clients fassent/aient un test négatif au covid-19 ou présentent une attestation numérique, cette association fait valoir que les tests et les certificats sont utilisés pour passer à un nouveau niveau, c’est-à-dire pour permettre aux hébergements touristiques, aux restaurants et autres de ne plus avoir de restrictions de temps ou de capacité et aux établissements de vie nocturne de rouvrir.

Parmi les mesures du plan adressées au Gouvernement, il y a aussi une nouvelle phase de candidature pour le programme Apoiar, apportant un soutien entre 5 000 et 7 500 euros pour les entrepreneurs indépendants (ENI) sans salariés, avec des pertes de facturation entre 15 % et 50 % ou plus de 50 %, respectivement, ou entre 12 500 et 18 750 euros pour les travailleurs ENI cm en charge, pour le niveaux de rupture de chiffre d’affaires évoqués.

Ce renforcement d’Apoiar, soutient l’AHRESP, devrait également toucher les petites et moyennes entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 50 millions d’euros et, dans une version augmentée, les sociétés de divertissement nocturne.

L’AHRESP inclut également parmi les mesures de compensation pour les entreprises du secteur qui les crédits actuellement sous moratoire peuvent être amortis jusqu’à 10 ans, avec la solution couvrant tous les financements, qu’ils aient été contractés avec des banques, Turismo de Portugal, IAPMEI ou dans le cadre des projets d’investissement Portugal 2020.

LES conversion en fonds non remboursables d’un montant équivalent à 20 % des lignes de crédit covid-19 mises à disposition depuis mars 2020, aaapplication temporaire du taux réduit de TVA à la restauration C’est le lancement d’un nouveau programme de licenciement simplifié sont d’autres mesures revendiquées par l’AHRESP.

Le plan comprend également le création de moratoires fiscaux et contributifs – c’est-à-dire la possibilité pour ces entreprises de pouvoir différer le paiement des prélèvements TVA, IRC et IRS effectués aux travailleurs jusqu’au 31 mars 2022, avec un début de versement des prestations à compter de 2023.

La liste se termine par deux mesures dans le domaine de l’emploi, l’AHRESP défendant mécanismes qui soutiennent l’embauche de ressources humaines, campagnes d’appréciation de la profession dans ces secteurs et la élaboration d’un programme de formation intégré.

Dans un communiqué, l’AHRESP souligne que l’application des mesures qu’elle propose « sont indispensables à la survie des entreprises jusqu’à la reprise de l’activité économique ».

avec Louise