"Nous avons créé des conditions à cet effet, nous avons des conditions de biosécurité, l'ANEP a même conclu un contrat avec plusieurs fournisseurs et nous avons déjà des produits de protection que nous envoyons également à l'intérieur du pays", a déclaré aujourd'hui à Lusa le président de l'ANEP, António Pacavira. .

Selon le leader associatif, le processus d'équipement des écoles privées en matériel de biosécurité, notamment les collèges, à travers le pays est en cours, soulignant qu '«il y a ceux qui sont dans des conditions à 100%, d'autres à 90%», mais il a assuré que jusqu'au 13 attend de toutes les conditions qu'elles soient garanties.

Si cela ne se produit pas, il a fait valoir que le début des cours dans les écoles sans conditions devait être retardé.

L'Association nationale d'éducation privée d'Angola contrôle plus de 1 200 membres, a toutefois souligné António Pacavira, la distribution de matériel de biosécurité "est également étendue aux écoles non affiliées".

Les cours d'enseignement général et universitaire en Angola ont été suspendus en mars, avant que le président angolais, João Lourenço, ne déclare l'état d'urgence, qui a eu lieu entre le 27 mars et le 25 mai.

L'Angola, qui est dans un état de calamité publique depuis le 26 mai, compte 315 cas positifs de covid-19, dont 201 sont actifs, 97 se sont rétablis et 17 sont décédés.

Le décret qui détermine une situation de calamité publique prévoit la reprise de l'activité dans l'enseignement supérieur et dans le deuxième cycle de l'enseignement secondaire à partir du 13 juillet, bien que «dépendante de l'évolution de la situation épidémiologique».

Concernant la garantie de la distance entre les élèves dans les classes, le président de l'ANEP a indiqué que la moyenne nationale dans l'enseignement privé est de 25 élèves par classe et dans ce domaine "il n'a pas été difficile de faire une qualification".

"En ce qui concerne la distance, nous avons dû réduire les chambres de 15 ou 20 élèves selon la taille de la salle, ce que nous avons changé, c'est le paradigme des écoles à régime complet, où l'élève entre le matin et ne sort que l'après-midi, on se divise en équipes", a-t-il conclu .

La reprise des cours en Angola continue de diviser les opinions des acteurs directs du secteur, du pays et des parents, des gestionnaires, des enseignants et des autorités qui envisagent le retour en raison de l'augmentation quotidienne des cas de covid-19.

Pour le sous-secteur de l'enseignement universitaire et dans le deuxième cycle de l'enseignement secondaire, la reprise des cours est prévue pour le 13 juillet et pour le premier cycle de l'enseignement primaire le 27 juillet.

DYAS // VM

Le contenu du Covid-19: angolais dans l'enseignement privé garantit les conditions de la reprise des cours le 13 juillet apparaît pour la première fois à Visão.