« Conformément à ce qu’ont indiqué les leaders de l’industrie, il semble prudent de considérer qu’une certaine normalisation et un retour aux niveaux d’activité pré-pandémiques ne se produiront qu’à partir de 2023 », peut-on lire dans l’étude « Conhecer do challenges help to find the façon ? », publié aujourd’hui par EY.

Selon le consultant, « le principal défi pour la reprise du tourisme est la peur de voyager, aggravée par les mutations successives des virus et les avancées et reculs des politiques de restrictions de voyage ».

Le texte de l’étude, signé par Luís Rosado, partenaire et leader d’EY pour l’immobilier, l’hôtellerie et la construction, souligne également que « la solidité financière de certaines entreprises et les solutions de soutien public ont été des facteurs fondamentaux pour la survie des entreprises » du secteur.

« Il semble consensuel que l’avancement du processus de vaccination donnera confiance aux voyageurs et se traduira par des politiques plus révisables, avec la disponibilité de certificats numériques et le maintien de processus de tests massifs contribuant à une augmentation progressive de la mobilité », prévoit également EY.

Cependant, il y a une « attente que la reprise du tourisme prendra beaucoup plus de temps que dans d’autres activités », ce qui « implique d’énormes défis en termes de solvabilité et de liquidité, ce qui rend essentiel de poursuivre le soutien public au secteur jusqu’à ce qu’il y ait une reprise solidifier ».

Le consultant considère qu’il est important d’« assurer le maintien des capacités — entreprises et ressources spécialisées — qui nous permettent de profiter pleinement du retour des touristes internationaux ».

Comme pour les autres enjeux du secteur, EY pointe le « problème chronique de qualification, d’attraction et de rétention des talents » dans le tourisme, appelant à une « conciliation du secteur vers la création d’un « pôle de talents » [centro de talento], avec la plus haute qualification permettant la rétention des ressources et, tout aussi important, d’augmenter le niveau général de qualité de l’offre et de soutenir la hausse conséquente des prix et de la valeur ajoutée par le secteur ».

EY note également que le « mouvement de concentration des entreprises et de croissance inorganique des grands groupes d’entreprises du secteur du tourisme s’est poursuivi, même stimulé par la moindre solidité financière de certaines entreprises qui ont fini par être traitées ».

« D’autre part, l’importance de la stratégie de diversification des risques des entreprises du secteur, à savoir l’hôtellerie, a été renforcée dans le contexte de la pandémie à travers l’attribution de différents usages aux bâtiments », comme à travers des espaces de travail (« co-work ‘).

Le thème de la durabilité est également évoqué, qui « nécessite une collaboration entre les politiques publiques et les agents privés dans laquelle ils évitent les tentations de se concentrer sur des gains immédiats et agissent tous vers la création de valeur à long terme ».

« La fin de la pandémie se profile à l’horizon, mais le secteur du tourisme sera peut-être celui où la reprise sera plus lente. L’existence de mesures de soutien au secteur sera essentielle pour assurer l’existence de capacités dans la post-pandémie et le renforcement de la compétitivité du secteur », conclut le texte d’EY.

JE // CSJ

Covid-19 : le retour du tourisme aux niveaux d’avant la pandémie en 2023 n’apparaît en premier que dans Vision.