Une décision du CT publiée aujourd’hui dans le Diário da República a déclaré inconstitutionnelles les règles de la loi n° 16/2021 du 7 avril, qui établit des mesures de soutien dans le cadre de la suspension des activités en classe et des activités non pédagogiques.

En cause, l’augmentation de l’aide aux travailleurs indépendants, qui est passée d’un tiers de la base mensuelle de cotisation à 100 %, et l’élargissement de l’aide aux familles qui ont cessé de travailler et sont restées à la maison pour soutenir les enfants.

Après que le gouvernement a décidé fin janvier et pour la deuxième fois de fermer les écoles pour contrôler la propagation du virus, des milliers de familles ont tenté de continuer à travailler en ligne et à soutenir les enfants dans l’apprentissage à distance.

Beaucoup ont choisi de recourir au soutien financier des programmes de soutien qui ont été élargis en avril.

Le régime est resté en vigueur jusqu’à présent, et pouvait être utilisé à tout moment, simplement en suspendant les activités d’enseignement en classe par décision des autorités sanitaires nationales, régionales ou municipales.

Le TC les a maintenant considérés comme inconstitutionnels et a décidé que la déclaration d’inconstitutionnalité prend effet à compter d’aujourd’hui, jour de la publication de l’arrêt au Diário da República.

L’objectif était de s’assurer qu’aucun des bénéficiaires de cette aide ne serait confronté à l’invalidité des diplômes et à l’obligation de rembourser, en tout ou en partie, les sommes perçues.

Ainsi, l’article 3 de la loi n°16/2021, du 7 avril, relative aux travailleurs indépendants, qui a porté l’aide mensuelle exceptionnelle d’un tiers de l’assiette mensuelle de cotisation pour le premier trimestre 2020 à 100 %.

Le changement a étendu la possibilité pour le parent télétravailleur de bénéficier de la mesure s’il a un enfant de moins de 12 ans, et non, comme dans le régime précédent, avec limitation de cette aide si le mineur a fréquenté le 1er cycle de l’enseignement fondamental, pré -le matériel scolaire ou de soutien aux enfants.

Le CT a également déclaré inconstitutionnelle la règle contenue à l’article 2 de la même loi du 7 avril, qui augmentait l’aide aux parents isolés avec un enfant ou à charge de moins de 12 ans, ainsi qu’aux couples, même s’ils étaient tous les deux en télétravail.

L’article 2 prévoyait également que « dans les familles avec enfants ou personnes à charge souffrant d’un handicap ou d’une maladie chronique, l’un des parents peut opter pour un soutien exceptionnel à la famille, même s’il existe d’autres formes de prestation de l’activité, notamment par le télétravail et le même car l’autre parent est en télétravail ».

Parmi les raisons de considérer les modifications inconstitutionnelles, le CT rappelle qu’il existe un délai légal pour apporter des modifications aux diplômes qui a été dépassé.

En outre, ces changements, résultant d’initiatives des députés, ont entraîné une augmentation des dépenses publiques non prévue dans la loi de finances de l’État (OE) pour 2021, ce qui n’est pas non plus autorisé.

L’augmentation des aides accordées aux travailleurs indépendants s’est traduite par une dépense publique supplémentaire non inscrite au budget de l’Etat « estimée à un million quatre cent mille euros par mois », compte tenu des travailleurs couverts et des montants mensuels qui sont passés d’un tiers à 100%.

Dans le jugement rendu aujourd’hui, le TC a également déclaré inconstitutionnelle une règle de la loi n° 15/2021, relative au soutien extraordinaire aux travailleurs indépendants, aux entrepreneurs individuels, aux dirigeants et aux membres d’organes statutaires exerçant des fonctions de direction qui ont connu une réduction de l’activité économique en raison de la fermeture des établissements.

Cette modification, jointe à une autre prévue par le décret-loi n° 8-B/2021, « implique une augmentation effective supplémentaire des dépenses publiques budgétisées pour l’année 2021, provisoirement estimées à 250 millions d’euros annuels », lit-on dans l’arrêt du TC.

Le CT rappelle que ni les députés ni les groupes de citoyens ne peuvent présenter des projets de loi, des projets de loi ou des propositions d’amendements pour augmenter les dépenses ou réduire les recettes prévues dans le budget de l’Etat en exécution.

« Il est donc juridiquement inadmissible qu’indirectement, par le biais de lois séparées ou d’évaluations parlementaires avec des amendements, les dépenses publiques soient augmentées progressivement », déclare le TC.

OUI // JMR

Portugais/FIN

Contenu Covid-19 : le soutien accru pour ceux qui restent à la maison avec des enfants a pris fin – TC apparaît en premier dans Visão.